la-vie-de-jesus

Jésus Christ -

La vie de Jésus : Les Étapes de la vie de Jésus

On a tous raconté au catéchisme, à l’école de dimanche ou durant des cultes le passage glorieux de Jésus sur terre. Mais qu’est-il réellement ? Quelle ont été les grandes étapes de la vie de Jésus sur terre ? Et quels sont les événements phares qui marque son passage depuis son adolescence jusqu’à sa crucifixion ?

Nous nous sommes intéressés par la vie de Jésus et nous avons menés plusieurs recherches documentaires afin de vous apporter assez d’informations. Voici ce que nous pouvons vous dire en quelques mots :

Depuis la naissance de Jésus jusqu’à sa mort, assez de villes ont marqué son passage de même que des événements mémoriaux que les communautés chrétiennes de différents horizons et de différentes natures commémorent de façon pérenne dans le but d’immortaliser sa venue parmi les hommes. 

La venue de Jésus est-elle prédestinée et quelle est la raison principale de Sa venue ? Est-ce que tout s'est passé comme prévu ?

Dans le présent article vous allez découvrir :

  • Les raisons de la venue du Christ ;

  • Les différentes villes que Jésus a parcourues ;

  • Les différents événement que le Seigneur a institués ;

  • La raison de leur commémoration.

Explorons tous ceci ensemble dès maintenant.

La naissance de Jésus et l'Epiphanie

Matthieu et Luc situent tous deux la naissance de Jésus à Bethléem, en Judée, "au temps du roi Hérode". Alors que Matthieu consacre une brève allusion. Luc développe le récit en motivant le voyage de Joseph et Marie de Nazareth à Bethléem par un recensement appelé par Auguste alors qu'il régnait sur Quirinius. La mention de ce "premier recensement" de Quirinius représente un problème difficile à résoudre : le seul recensement (le "second" ?) appelé par Quirinius qui nous soit connu par d'autres sources historiques a eu lieu en 6 après J.C., alors qu'Hérode le Grand était déjà mort.

La date exacte de la naissance de Jésus n'est pas connue. La date traditionnelle de Noël au 25 décembre est tardive, et même plus tardive la date de l'an 1 avant J.-C., car elle remonte au moine Dionysius le Petit (VIe siècle). Selon la majorité des chercheurs contemporains, la naissance doit être placée dans les dernières années du roi Hérode, vers 7-6 avant J.-C.

naissance-de-jesus

Après la naissance de Jésus, le seul évangile de Matthieu raconte la soi-disant "Épiphanie" (du grec epipháneia, "manifestation"). Certains mages (traditionnellement appelés "Mages" et que l'on croit être au nombre de trois) sont venus d'Orient à Jérusalem, ayant vu "son étoile" (traditionnellement appelée "étoile comète"), dans l'intention d'amener le nouveau roi annoncé par l'étoile l'or, l'encens et la myrrhe. En suivant l'étoile, ils ont trouvé Jésus à Bethléem et lui ont rendu hommage.

Le roi Hérode l'a appris et, craignant l'usurpation du trône, a ordonné le massacre de tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem (c'était le soi-disant massacre des innocents). Mais Joseph, averti en rêve par un ange, s'enfuit en Égypte avec Jésus et Marie. Après la mort d’Hérode, la Saint Famille retournent en terre d'Israël et s'installent à Nazareth.

L'imprécision planant sur la naissance de Jésus.

Le jour de sa naissance n'est pas vraiment connu, et il n'est jamais mentionné dans les évangiles. On sait que l'Église a adapté les anciennes fêtes païennes de la culture rurale aux cycles temporels, et a accueilli les célébrations des dieux romains, leur donnant une motivation sacrée. Elle attribue ainsi au solstice d'hiver (20-25 décembre) la naissance de Jésus, le Fils de Dieu, qui a apporté "la lumière" dans le monde. Cette date, proche des célébrations ancestrales de l'hiver, tombait vers les derniers jours de l'année déjà au temps des Perses en l'honneur du dieu Mithras.

Les Romains célébraient des fêtes consacrées au soleil, ou celles des Saturnales en l'honneur de Sarturno, dieu de la fertilité et du vin, dont le jour désigné était le 25 décembre pour célébrer la naissance du soleil invaincu, qui a été établi au IVe siècle par l'empereur Constantin, fils d'une mère chrétienne, lorsqu'il a été victorieux, par le miracle de la croix dans le ciel ("avec ce signe tu gagneras"), dans la bataille contre le Magencio.

naissance-de-jesus-christ

Le 25 décembre est donc une date conventionnelle, établie par l'Église au début du IVe siècle pour coïncider avec les fêtes païennes de Mithra ou du Soleil. À partir de l'année 315, lorsque Constantin a déclaré le christianisme officiel, les premiers symboles chrétiens ont commencé à apparaître sur les pièces de monnaie.

C'est probablement à cette époque que se déroulent la transition et les institutions de la fête de Noël, le 25 décembre. Le message de la croix dans la célèbre vision de Constantin, par laquelle il a légalisé le christianisme, signifiait la prédominance du Christ sur le Soleil : le Christ est le vrai et puissant Dieu. Le nouveau soleil.

La version de Mathieu et de Luc au sujet de la naissance de Jésus-Christ.

Nous voyons donc que les deux seules fois dans tout le Nouveau Testament où il apparaît que Jésus est né à Bethléem sont les récits de l'enfance de Matthieu et de Luc. Nulle part ailleurs, Bethléem n'est mentionnée comme le lieu de naissance de Jésus. Même saint Paul, dans ses diatribes avec les lecteurs de ses lettres pour essayer de les convaincre que Jésus était le Messie, n'utilise pas l'argument de Bethléem comme origine, et il aurait très bien fait de dire que Jésus est né à Bethléem.

En définitive, les déclarations de Matthieu et de Luc concernant la naissance de Jésus à Bethléem sont-elles historiques ou non ? Il est fort probable que ce ne soit pas le cas, et qu'ils s'inscrivent moins dans l'histoire que dans la religion qui dépeint Jésus comme le Messie.

Même ces deux évangélistes, dont l'histoire se contredit également comme nous le verrons plus loin, lorsqu'ils parlent de sa vie publique, l'appellent "Jésus de Nazareth", et le sens de l'origine dans ces villages est déjà connu : dans la Bible, lorsqu'une ville est mentionnée après le nom d'une personne, cela signifie que c'est son lieu de naissance.

la-naissance-de-jesus

Pour Matthieu, Jésus est né à Bethléem parce que ses parents y vivaient. Selon Luc, Jésus est né à Bethléem parce que sa famille passait par cette ville pour s'inscrire au recensement de l'empereur Tibère. Ils ne sont pas non plus d'accord sur l'époque où Jésus a vécu à Bethléem. Selon Matthieu, presque deux ans (Matthieu 2:16), jusqu'à ce que sa famille s'enfuie en Egypte. D'autre part, pour Luc, sa famille a déménagé à Nazareth lorsque Jésus avait un mois et demi (Luc 2,39).

Alors que les preuves dans les évangiles concernant Bethléem comme lieu de naissance de Jésus sont très faibles, les preuves contre elles sont accablantes. A tel point que la plupart des experts soutiennent aujourd'hui que la ville natale de Jésus n'aurait pas été Bethléem, mais Nazareth. Et que si Matthieu et Luc situent sa naissance à Bethléem, c'est en raison de la mauvaise réputation de Nazareth, et pour l'ajuster à la tradition prophétique telle qu'annoncée par les Saintes Écritures.

Les précisions sur le lieu de naissance du Christ.

Depuis plus de 1900 ans, Bethléem est restée le lieu où Jésus est né. Cependant, les recherches menées au siècle dernier ont montré qu'en raison de la fréquence avec laquelle il est considéré tout au long du Nouveau Testament comme "le Nazaréen" (celui de Nazareth), Bethléem a été écartée et l'idée de Nazareth prévaut à la place. La mention de Bethléem, comme nous l'avons vu, obéit à une invention des deux premiers évangélistes pour revêtir Jésus d'une des caractéristiques d'importance et de solvabilité d'un Messie, annoncé par Michée et dont les Juifs attendaient avec impatience l'accomplissement pour être libérés des peuples envahisseurs, des Babyloniens aux Romains.

Sa prophétie est devenue célèbre, et au temps de Jésus, un large secteur du judaïsme s'attendait à ce que le futur Messie naisse dans la ville de Bethléem. Et quand cela n'a pas été le cas, ils ont été déçus. Ils attendent toujours la venue de ce messianique.

jesus-de-nazareth

C'est l'une des raisons pour lesquelles les apôtres ont eu tant de mal à annoncer la nouvelle religion. Lorsque les apôtres sont sortis pour proclamer les enseignements reçus, ils ont eu des difficultés dans de nombreux milieux juifs, car ils ont dit que Jésus était de Nazareth. Et c'est pourquoi certaines communautés chrétiennes ont décidé de présenter la naissance de Jésus comme ayant eu lieu à Bethléem.

Pour faire court, Jésus serait né à Nazareth, et ce n'est que plus tard, pour le revêtir comme le Messie, selon la tradition prophétique juive, que l'histoire de sa naissance à Bethléem a été composée

La vie du Christ avant le ministère

L'Évangile de Luc omet le récit de l'Épiphanie et de la fuite en Égypte qui a suivi. Après avoir brièvement évoqué la circoncision de Jésus, il rapporte deux épisodes:

  • la présentation de Jésus au temple de Jérusalem, au cours de laquelle le nouveau-né a été vénéré comme Messie par Siméon et la prophétesse Anne ;

  • la découverte de Jésus au temple, un épisode dans lequel le jeune Jésus de douze ans a passé du temps dans le temple de Jérusalem avec les docteurs de la loi, à l'insu de ses parents, qui l'ont trouvé au bout de trois jours.

Les évangiles ne racontent pas explicitement la vie de Jésus avant son ministère public ni les autres sources historiques non chrétiennes. Certaines informations peuvent cependant être déduites de quelques allusions sporadiques contenues dans les récits de l'Évangile.

La profession de Jésus.

Quant à la profession, à Nazareth, Jésus était connu comme "le fils du charpentier" Joseph est "charpentier" lui-même. Le terme grec original est tekton ou tecnico, largement polysémique, et peut désigner aussi bien les charpentiers, les menuisiers, les artisans du bois que les maçons ou les tailleurs de pierre. Cette activité artisanale lui a probablement garanti une relative richesse et une autonomie économique, qui ne l'ont pas fait appartenir aux couches pauvres de sa société. Nous ne connaissons pas la taille de son entreprise artisanale, c'est-à-dire si c'était un petit atelier rural consacré aux charrues et aux attelages, ou plutôt une moyenne ou grande entreprise de construction avec des apprentis et des apprenties, active dans les travaux de construction - même peut-être dans des villes voisines comme Zippori, qui a été reconstruite et agrandie dans ces année-là par Hérode Antipa.

jesus-marie-joseph

Quant à la famille, le silence total sur Joseph pendant le ministère de Jésus suggère raisonnablement qu'il était déjà mort. Sa mère Marie, en revanche, apparaît à de nombreuses reprises lors de la prédication publique de Jésus, en plus des épisodes de son enfance. Dans le Nouveau Testament, il y a ensuite plusieurs référencé (Jacques, Joseph, Simon et Judas) comme étant ses frères, qui ne sont cependant jamais appelées enfants de Joseph ou de Marie. Étant donné la sporadicité des allusions et la polysémie du terme dans les langues sémitiques les textes du Nouveau Testament sont écrits dans un grec caractérisé par un sémitisme récurrent), il n'est pas possible de retracer avec certitude la parenté réelle de ceux-ci avec Jésus, et diverses interprétations ont été proposées :

La tradition catholique, ainsi que les premiers réformateurs protestants notamment Luther, Calvin les interprètent comme des cousins ; la tradition orthodoxe les interprète comme des demi-frères, enfants d'un précédent mariage de Joseph. La plupart des Églises protestantes contemporaines les interprètent comme des frères au sens propre, niant le dogme de la virginité de Marie soutenu par les catholiques et les orthodoxes.

La vie matrimoniale de Jésus.

Quant à un éventuel mariage de Jésus, les évangiles canoniques et d'autres ouvrages du Nouveau Testament ne font aucune mention d'une épouse de Jésus ou de ses enfants, et sur la base de ce silence, la tradition chrétienne l'a donc identifié comme un célibataire. Pour appuyer son célibat, on cite habituellement la parole de Jésus sur "l'eunuque pour le royaume".

Certains universitaires ont cependant fait remarquer que le choix du célibat de Jésus serait incompatible avec l'environnement juif de l'époque, où le mariage et la fécondité étaient exaltés. A l'époque de Jésus, cependant, les essènes, concentrés à Qumran mais répandus dans toute la société israélite, pratiquaient le célibat ascétique.

Dans les chapitres 32 et 55 de l'Évangile apocryphe gnostique de Philippe, datant au plus tôt de la deuxième moitié du deuxième siècle, l'amour entre Jésus et Marie Madeleine est mentionné. Tous deux sont décrits comme l'incarnation d'éons divins (Soter et Sofia), alors que de leur union auraient dérivé les anges.

jesus-marie-madeleine

Le sens des étapes est interprété à la fois comme une élaboration ultérieure due à la théologie gnostique, étant donné également la genèse des anges, et comme un véritable témoignage historique, si bien que certains chercheurs émettent l'hypothèse à tous égards qu'il y a eu un mariage entre Jésus et Marie Madeleine, idée qui a inspiré plusieurs publications et romans récent.

Formation culturelle et religieuse.

Quant à la culture, Jésus, comme tous les Juifs de la Terre d'Israël à l'époque, parlait couramment l'araméen, une langue sémitique dont on retrouve des traces dans certains dictons originaux rapportés dans les évangiles. D'après les évangiles, il ne semble pas qu'il ait étudié dans une école rabbinique quelconque, bien qu'il ne soit pas exclu qu'il possédait la culture de base qui pourrait être enseignée dans une école de lecture de la Torah d'une synagogue.

Il savait certainement lire (et écrire) en hébreu, une langue qui n'est plus parlée couramment, mais qui est utilisée pour le culte et la prière, et sa prédication révèle une connaissance approfondie des Écritures hébraïques. On ignore s'il connaissait le latin, la langue des occupants romains, ou le grec, dans sa version populaire (koinè) parlée au Moyen-Orient.

A l'époque moderne, certains érudits ont soutenu que Jésus était un Essénien, mais toutes ses prédications et ses actes contre le formalisme et les règles de pureté formelle sont en total contraste avec ce que l'on sait des Esséniens.

La vie du Seigneur : Le début du ministère

priere-jesus

Capharnaüm, vestiges de la synagogue, probablement construite sur le site de la synagogue précédente, où Jésus prêchait. Selon l'évangile de Luc, Jésus a commencé son ministère public de prédication lorsqu'il avait "environ trente ans". La datation historique du début de son activité (ainsi que sa durée ne nous est pas connue avec précision. Luc situe le début du ministère de Jean-Baptiste, un parent de Jésus, dans la quinzième année de l'empereur Tibère.

Le début du ministère de Jésus est présenté comme suivant immédiatement celui du Baptiste. On peut émettre l'hypothèse d'une même date sur la base d'une autre allusion évangélique : le temple de Jérusalem dont la construction a été commencée par Hérode début du ministère de Jésus est appelé "construit en 46 ans". Selon les évangiles, Jésus a commencé son ministère public à la suite du baptême reçu par Jean dans un lieu non précisé près du fleuve Jourdain.

Après son baptême, Jésus se retira dans le désert de Judée, où il resta quarante jours à jeûner et à subir enfin les tentations du diable, auxquelles il réussit à résister. Après l'arrestation et la décapitation du Baptiste par Hérode Antipa, Jésus se déplace de Nazareth à Capharnaüm, près du lac de Génésareth.

Avant de commencer la prédication publique, Jésus a appelé à le suivre quelques-uns des douze apôtres qui lui seraient proches dans les années suivantes. L'Évangile de Jean indique comme l'un des premiers événements de la vie publique de Jésus l'épisode de la soi-disant purification du temple de Jérusalem, au cours de laquelle il a chassé les marchands et les changeurs de l'enceinte du lieu sacré.

Les principales localités palestiniennes touchées par le ministère de Jésus

La durée du ministère de Jésus ne peut être connue avec certitude. Dans les évangiles synoptiques, aucune indication temporelle n'est donnée pour marquer le passage du temps. L'évangile de Jean mentionne plutôt trois Pacques, dont la dernière est la Pâque de sa mort. Cela nous amène à émettre l'hypothèse d'une durée de trois ans (ou plutôt, deux années entières et quelques mois) du ministère de Jésus.

jesus-et-les-apotres

Les lieux mentionnés dans les évangiles pendant le ministère itinérant de Jésus sont principalement concentrés dans la région du lac de Génésareth en Galilée (nord de la Palestine). Jésus se rend également à Jérusalem et dans les lieux voisins de Judée (sud de la Palestine), principalement à l'occasion des fêtes de la Pâque - que tout juif pieux tente de passer dans la ville sainte.

Les régions de la Samarie, habitées par des juifs schismatiques (samaritains), n'ont été touchées que de façon éphémère par son activité. Jésus fit également quelques voyages dans des régions non habitées par les Juifs : à Tyr et à Sidon en Phénicie, dans le nord de la Palestine, et dans les territoires de la Décapole, dans l'est de la Palestine.

Les incertitudes autour des villes parcourus par Jésus.

Il n'est pas possible de reconstituer avec certitude la séquence et les différentes étapes des voyages effectués par Jésus en ces lieux : les évangélistes, dans leur montage final, ont souvent fusionné les récits (péricopes) sans ordre chronologique précis, et de plus les descriptions des voyages sont généralement génériques.

À partir des discours de Jésus, et en particulier des paraboles dites "du Royaume", le Royaume apparaît avant tout comme une réalité théologique, spirituelle, morale, caractérisée par une conduite de vie centrée sur le double commandement de l'amour pour Dieu et pour le prochain. C'est une nouvelle condition de la personne, qui est établie dans la vie des hommes dans la mesure où ils reconnaissent la royauté-signoria paternité (basiléia) de Dieu.

le-royaume-de-dieu

La morale du Royaume prêchée par Jésus, et centrée sur l'amour de Dieu et la charité, est proposée en continuité avec les enseignements de la tradition juive de l'Ancien Testament. Cependant, sur certains points par exemple, le refrain "il a été dit... mais je vous le dis" du Sermon sur la Montagne la prédication de Jésus est en contradiction avec ces préceptes, et avec la manière qu'il jugeait extérieure et formelle dont les autorités pharisiennes les appliquaient et enseignaient comment les appliquer. Jésus propose une nouvelle justice "plus grande", qui ne veut pas abolir les enseignements précédents mais les mener à leur terme.

L'histoire du Royaume, un dualisme irréconciliable

Certains loci le présentent comme déjà présent, présent (eschatologie actuelle ou immanente). Cela a conduit certains universitaires modernes à considérer Jésus comme un réformateur moral qui a essayé, sans succès, de réformer et d'améliorer la société de l'époque, mais sans prétentions proprement politiques et révolutionnaires.

jesus-preche

D'autres loci, et surtout le discours eschatologique le présentent comme non encore présent, mais futur eschatologie future ou conséquente. Le futur Royaume est traditionnellement mais pas par Jésus appelé "paradis", et son établissement sera précédé par le "Jour du Jugement" (expression utilisée explicitement dans les évangiles et implicitement dans le discours eschatologique. Cette eschatologie du futur a conduit certains érudits modernes à voir en Jésus un prophète apocalyptique enthousiaste qui a annoncé un futur et un monde meilleur.

La tradition chrétienne a recomposé cette dichotomie en identifiant dans le déjà l'activité de Jésus poursuivie dans l'Église, et dans le "pas encore" le mystère de sa mort et de sa résurrection - qui sera pleinement actualisé avec sa seconde venue et la transfiguration du monde.

Jésus au coeur des Paraboles

La manière de prêcher de Jésus, centrée sur la proclamation du Royaume et la conduite de la vie qui s'y rapporte, était différente des enseignements rabbiniques de l'époque. Jésus a fait un très large usage des paraboles, c'est-à-dire des exemples allégoriques tirés de la vie et des activités et situations quotidiennes courantes, qui étaient destinés à illustrer des concepts théologiques ou moraux qui ne pouvaient être directement vécus. Bien qu'avec les différences qui s'imposent, pour cette méthode d'enseignement, Jésus peut être comparé à Platon et à ses mythes. Ce sont les principales paraboles de Jésus :

  •     Parabole de la fête du mariage
  •     Parabole du Bon Pasteur
  •     Parabole du bon samaritain
  •     Parabole des dix vierges
  •     Parabole du pharisien et du publicain
  •     Parabole du fils prodigue, ou comme on préfère l'appeler actuellement, "le père miséricordieux"...
  •     Parabole des ouvriers de la vigne
  •     Lazare et le riche épulone
  •     Parabole de la pièce perdue
  •     Parabole de la brebis perdue
  •     Parabole du semeur
  •     Parabole du grain de moutarde
  •     Parabole du serviteur sans pitié
  •     Parabole des talents
  •     Parabole des vignerons assassins
  •     Parabole de la discorde
parabole-de-jesus

Les miracles de Jésus

Selon les évangiles, la prédication était accompagnée de miracles. On peut les classer en trois catégories :

  • Les miracles de guérison de la fièvre, de la lèpre, des saignements, de l'œdème, de la surdité, de la cécité, de la paralysie, les exorcismes, les résurrections. Ils sont les plus récurrents ;

  • Les miracles sur la nature, qui montrent la domination directe de Jésus sur la création (pêche miraculeuse, multiplication des pains, transformation de l'eau en vin à Cana, malédiction du figuier, tempête endormie, marche sur l'eau) ;

  • Les épiphanies (manifestations) : la transfiguration sur la montagne et les apparitions aux disciples après la résurrection.

La plupart des érudits laïcs contemporains nient la valeur historique des miracles évangéliques, ce qui les ramène à des fraudes, des hallucinations, des événements naturellement explicables ou des légendes élaborées plus tard

Les disciples de Jésus

La prédication de Jésus s'adressait principalement aux Juifs. Cette préférence n'est cependant pas exclusive : on mentionne quelques voyages missionnaires dans des villes et des régions habitées principalement par des païens, ainsi qu'à des non-juifs individuels (la Samaritaine, le centurion, la Phénicienne) et, tant avant qu'après la résurrection, Jésus a explicitement envoyé ses disciples "à toutes les nations".

Dans son ministère, Jésus a valorisé et abordé les catégories sociales marginales ou méprisées dans la société juive de l'époque, suscitant dans certains cas l'indignation des autorités religieuses pharisiennes : enfants, femmes, Samaritains, prostituées "pécheurs", publicains c'est-à-dire les Juifs collaborateurs chargés par l'occupant romain de collecter les impôts.

jesus-et-ses-disciples

D'après les Évangiles, il semble que la prédication et l'œuvre de Jésus aient eu un succès limité dans la société juive de l'époque, obtenu cependant principalement auprès des classes inférieures. Cependant, des personnes riches et de haut rang, telles que les membres du Sanhédrin Nicodème, Joseph d'Arimathie et Jeanne "femme de Cusa, administrateur d'Hérode", sont également signalés parmi les premiers disciples.

Les derniers jours de la vie de Jésus

Selon le récit de l'Évangile, après quelques années de prédication, Jésus est entré à Jérusalem pour la célébration de la Pâque. À son arrivée dans la ville, il a été salué par une foule en fête qui l'a acclamé comme le Messie. Un évènement dont la tradition chrétienne se souvient le dimanche des Rameaux. Les synoptiques placent la "purification du temple" après l'entrée à Jérusalem, que Jean place à l'occasion de la première Pâque.

À l'approche de la mort de Jésus, les synoptiques racontent tous deux l'histoire d'un souper, traditionnellement appelé la "Cène". Cependant, certaines divergences sont notées :

  • Pour les synoptiques, il correspond au dîner de la Pâque juive, et a eu lieu la veille du jour de la mort de Jésus, donc le jeudi soir. En elle, Jésus institue le sacrement de l'Eucharistie ;

  • Pour Jean, il s'agit d'un souper générique et ne peut être celui de Pâques, puisque le rite juif aurait eu lieu le soir du jour correspondant à la mort de Jésus (14 nisan, veille de Pâques, vendredi). Il n'y est pas fait mention de l'Eucharistie, tandis que le récit du lavement des pieds, absent des synoptiques, y est rapporté.

jesus-et-ses-apotres

Une harmonisation possible est que la Cène était en fait un dîner de Pâques et se tenait, selon le calendrier essénien, le mardi soir. Dans un tel cas, les évangiles, qui montrent les événements suivants (arrestation, procès, crucifixion et mort) concentrés entre jeudi soir et vendredi après-midi, ne reflèteraient pas la véritable tendance historique - qui les verrait répartis sur plusieurs jours, du mardi soir au vendredi après-midi.

Le procès et la mort de Jésus.

Le récit des événements qui ont conduit à la mort de Jésus est rapporté en parallèle par les quatre évangiles, bien qu'avec quelques différences et ajouts propres. Après la dernière Cène, tenue en ville, Jésus se rendit à la ferme appelée Gethsémani sur le Mont des Oliviers, juste à l'extérieur de Jérusalem - où il s'arrêta pour prier. C'est là qu'un groupe de gardes du temple, des soldats juifs sous les ordres des autorités sadducéennes, dirigé par l'apôtre traître Judas Iscariote, procéda à son arrestation. Par la suite, Jésus a été conduit par Anne, Caïphe et Sanhédrin. On a établi sa condamnation à mort pour blasphème, s'étant assimilé à Dieu.

ponce-pilate-jesus

Tôt le matin, une nouvelle rencontre avec le Sanhédrin a eu lieu, puis Jésus a été conduit par le préfet romain Pilate pour demander son exécution ; il l'a interrogé mais l'a déclaré non coupable. Pilate l'envoya ensuite à Hérode Antipas, roi de Galilée qui, après s'être moqué de lui, mais sans le condamner le renvoya à Pilate. Ce dernier, pour tenter de le sauver, proposa au peuple de le libérer. Il était en effet d'usage que les autorités romaines libèrent un prisonnier par an, pour Pâques, mais la foule préféra le rebelle tueur Barabbas, tandis qu'il invoquait la crucifixion pour Jésus.

Par crainte d'un tumulte, Pilate se lave les mains, se déclarant innocent de la condamnation injuste, et accède à la demande de la foule, condamnant formellement Jésus à mort pour le crime de la majesté blessée, s'étant déclaré "Roi des Juifs". Puis Jésus fut flagellé. Il fut alors raillé par les soldats romains, qui le couronnèrent d'épines et le conduisirent, avec deux autres condamnés dont le "bon larron", au lieu de la condamnation, une petite colline juste à l'extérieur des murs, appelée Golgotha-Calvaire. Sur le chemin du retour, Jésus a été aidé à porter la croix par un certain Simon de Cyrène.

Les incertitudes autour de la mort du Christ.

Lorsqu'il a atteint le but, Jésus a été crucifié à la troisième heure (neuf heures du matin) ; le Christ est mort à la neuvième heure (trois heures de l'après-midi). Selon les évangiles, sa mort a été accompagnée d'événements extraordinaires.

mort-de-jesus-christ

Les ténèbres se sont abattues sur toute la terre, il y a eu un tremblement de terre et la résurrection de "nombreux saints". Plus tard, Joseph d'Arimathie demanda à Pilate le corps de Jésus et, après l'avoir enveloppé dans un drap sindone, il le déposa dans son tombeau personnel, qui se trouvait près du Golgotha. Il est impossible d'établir avec certitude la date de la mort de Jésus. Les quatre évangiles s'accordent pour le placer le vendredi, mais alors que pour les trois synoptiques ce jour coïncidait avec la Pâque juive, pour Jean c'était la veille de Pâques.

La chronologie synoptique nous amène à émettre l'hypothèse d'une date du vendredi 27 avril 31 après J.C. tandis que la date johannique du vendredi 7 avril 30 après J.C. ou du vendredi 3 avril 33 après J.C. La date johannique du 7 avril 30 est compatible avec la date probable du début du ministère public en 28[50] et avec l'allusion johannique aux trois Pâques.

La résurrection de Jésus

Les Évangiles, immédiatement après la description de la passion et de la mort de Jésus, rapportent certains faits survenus après la déposition du corps de Jésus : la découverte du tombeau vide et les apparitions de Jésus aux disciples (Marie Madeleine, Marie de Jacques, Salomé), interprétées par les chrétiens comme des signes de sa résurrection. La découverte a eu lieu à l'aube du lendemain du sabbat, c'est-à-dire le dimanche bien que l'original grec puisse indiquer le début de la nuit entre le samedi et le dimanche. Plus tard, on trouve également des preuves des apparitions de Jésus aux apôtres et aux autres disciples.

resurrection-du-christ

Les Evangiles disent que, quarante jours après la Résurrection, Jésus est monté au ciel. Dans d'autres textes sacrés chrétiens, comme la Révélation de Jean, il est question du retour de Jésus, que les églises chrétiennes attendent, appelé "seconde venue" ou "parusía" - un retour qui doit coïncider avec le jour du Jugement et le début d'"un nouveau ciel et d'une nouvelle terre".

La tradition chrétienne qui a suivi a considéré l'événement de la Résurrection comme historique, le reconnaissant avec des professions de foi et de culte. Les érudits modernes qui nient cette interprétation croient qu'il s'agit d'une mystification des apôtres, ou d'une croyance née d'hallucinations [55], ou encore de la re-proposition dans le monde juif d'un mythe répandu dans la religiosité hellénistique, babylonienne et phénicienne, concernant une divinité qui meurt et ressuscite.

La vie secrète de Jésus

pouvoir-de-jesus

"Des apocryphes proviennent des éléments chers à la tradition du christianisme, tels que la présence du bœuf et de l'âne à côté du berceau de Jésus, le nombre (trois) et les noms (Gaspar, Melchior, Balthazar) des mages, l'histoire de Véronique, et nous pourrions continuer. La réalité est qu'il est nécessaire de réévaluer les apocryphes comme des sources au moins partiellement fiables, au sein desquelles, à côté des inventions dignes du meilleur romancier de l'appendice, il existe des traditions qui méritent la plus grande attention, ne serait-ce que pour leur ancienneté, puisque certaines remontent à la génération qui suit immédiatement les apôtres".

Dans les pages de ce livre, Vito Mancuso emmène les lecteurs en voyage à travers une histoire connue de tous mais capable de cacher des germes de mystère inattendus : celle de la vie de Jésus de Nazareth telle que racontée par les évangiles dits apocryphes. Ces textes, interdits par l'Église et souvent considérés comme des œuvres hérétiques, sont en fait des documents exceptionnels qui remontent à la période immédiatement après la mort du Christ, et qui ont été diffusés pendant des siècles parmi les différentes communautés chrétiennes qui, à cette époque, s'enracinaient en Europe et au Moyen-Orient.

Les récits contenus dans ces Evangiles sont capables d'éclairer des aspects et des éléments de l'histoire de Jésus, de son enseignement et de sa prédication que les Evangiles canoniques n'approfondissent pas, et démontrent combien la figure du Christ, son existence terrestre concrète, était centrale pour les premiers chrétiens. Les relire aujourd'hui dans ce volume, qui rassemble douze textes apocryphes, en les divisant selon les principaux moments de la vie de Jésus (enfance, vie publique, passion, résurrection) signifie connaître de nouveaux aspects de l'histoire d'une des figures les plus révolutionnaires de tous les temps, en découvrant aussi que, souvent, l'écho de ces histoires est en fait toujours resté présent parmi les fidèles chrétiens, au-delà de toute interdiction imposée par les hiérarchies ecclésiastiques.

L'histoire du Nazaréen à titre posthume

Après la mort de Jésus, une floraison de récits sur la vie et les enseignements du Messie se répandit dans tout le Moyen-Orient : la pluralité des voix reflétait le monde composite des sectes chrétiennes primitives, et les histoires correspondaient à la doctrine des courants gnostiques, ou plus simplement à la curiosité populaire sur la figure du Nazaréen. Dans les siècles suivants, l'Église a mis de l'ordre dans ce conglomérat de textes, en choisissant ceux de Jean, Luc, Marc, Matthieu comme évangiles de référence.

Considérés comme porteurs de traditions mystérieuses ou ésotériques, et donc en contraste avec l'orthodoxie, les évangiles dits apocryphes (c'est-à-dire "à cacher") ont été mis de côté et ont été et continuent d'être peu considérés par l'Église et la théologie officielle. Pourtant, elles contiennent de nombreuses données et informations que la tradition chrétienne a fait siennes au fil des siècles : de la présence du bœuf et de l'âne à côté du berceau de Jésus à l'histoire de Véronique en passant par de véritables articles de foi comme la présentation au temple et l'Assomption au ciel de Marie.

histoire-de-jesus

Dans ce livre, Vito Mancuso choisit et présente les apocryphes les plus importants qui retracent la vie de Jésus : l'enfance (évoquée dans des pages de grande poésie), la proximité affectueuse avec ses parents même dans la maladie et la mort, la vie publique, la passion et la résurrection. Ainsi, des sources très anciennes apparaissent dans divers cas remontant aux toutes premières générations chrétiennes : et dans des pages d'une grande beauté qui ont inspiré la foi et la dévotion de générations entières, le lecteur découvrira un Jésus plus humain, proche de notre expérience de vie quotidienne.

Jésus-Christ : une énigme entière

Nous avons à présent parcouru toute l’arcane qui entoure ce prophète que d’aucuns appelleront le Messie. Même s’il est vrai que des incertitudes ayant trait à sa résurrection sont importantes, on est dans le droit de penser que compte tenu des récits de ces sources, il est impossible d'obtenir des certitudes. Quoique Sa vie demeurera mystérieuse. Au vue des miracles que le Seigneur a réalisés durant son parcours dans l’enseignement.

En hommage à Jésus-Christ, le Fils de Dieu

Nous vous partageons des bijoux religieux mettant en lumière Jésus-Christ. Vous trouverez plein de bijoux religieux uniques pour les chrétiens. Trouvez tous nos bijoux en hommage à Jésus-Christ en cliquant sur l'image ci-dessous :

bijoux-jesus

Laissez un commentaire

N'hésitez pas à partager notre article à vos proches et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse ! 😇

Partagez votre e-mail et recevez gratuitement notre e-book ! 🙏📖

070e5e08b84fbf90