eglise-orthodoxe

Orthodoxe -

Église Orthodoxe : analyse sur la religion et les prêtres orthodoxes

Avez-vous déjà entendu parler de l’Église orthodoxe ? Connaissez-vous son histoire ? Voulez-vous en savoir plus sur l’Église orthodoxe ainsi que ses prêtres ?

Nous avons effectué des recherches afin de répondre à ces questions et plus encore. À la question qu’est-ce que la religion orthodoxe, nous répondrons :

Le christianisme orthodoxe est une religion monothéiste notamment pratiquée en Europe de l’Est et du Sud-Est. Après le Schisme de 1054 entre les chrétiens d’Orients et les chrétiens d’Occident, la religion orthodoxe est devenu l’une des branches du christianisme, également appelée orthodoxie. L’Église orthodoxe, aussi connue sous le nom d'Église des sept conciles, ou encore Communion orthodoxe, ou Église orthodoxe orientale, est, avec plus de 280 millions de baptisés dans le monde, la troisième plus grande confession du christianisme, après l'Église catholique et l'ensemble des confessions protestantes. 

Au terme de cet article, vous serez en mesure de :

  • Parler de l’origine de l'Église orthodoxe et de donner le nom donné aux chefs de cette religion ;

  • Donner la nature de la théologie orthodoxe ;

  • Parler des sacrements, des croyance ;

  • Parler de l'histoire sur les prêtres orthodoxes ;
  • Parler avec le vocabulaire de l'église orientale.

Sans plus tarder, nous allons commencer des maintenant ! 

Étude sur l'Église orthodoxe 

religion-orthodoxe

De l’Église orthodoxe, on enseigne qu’il s’agit de l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, établie par Jésus-Christ dans sa grande commission à ses disciples il y a près de 2000 ans.

Le mot "orthodoxe" vient des mots grecs ortho, qui veut dire droit, et doxa , qui signifie opinion et glorification du Seigneur. Certaines croyances et rites sont différents de ceux catholiques, mais ils ont le même livre sacré, la Bible.

L’Église orthodoxe orientale n’est pas une église unique mais plutôt une famille de 13 organismes autonomes, portant le nom de la nation dans laquelle ils se trouvent (par exemple, l’Église orthodoxe grecque, l’Église orthodoxe russe, etc.). Ils sont unis par leur affinité pour les sacrements, la doctrine, la liturgie et le gouvernement de l’Église, mais chacun gère ses propres affaires.

Comment appelle t-on le chef de l'Église orthodoxe ?

pretre-orthodoxe

Le chef de chaque Église orthodoxe est appelé "patriarche" ou "métropolite". Le patriarche de Constantinople (Istanbul, Turquie) est considéré comme le « patriarche œcuménique » ou universel. Il est ce qui se rapproche le plus de son homologue, le pape de l’Église catholique romain.

Contrairement au pape, qui est connu sous le nom de VICARIUS FILIUS DEI (le vicaire du Fils de Dieu), l’évêque de Constantinople est connu sous le nom de PRIMUS INTER PARES (le premier parmi ses pairs). Il jouit d’un honneur particulier, mais n’a pas le pouvoir d’interférer avec les 12 autres communautés orthodoxes.

L’Église orthodoxe prétend être la véritable Église du Christ, et cherche à remonter jusqu’aux apôtres des origines, par une chaîne continue de succession apostolique.

*Voici une croix fabriquée à la main par des artisans chrétiens orthodoxes. Cette croix esthétique est unique et met en lumière la mort divine du Seigneur.

croix-orthodoxe 

Les différences entre la religion orthodoxe et les autres religions chrétiennes  

Les théologiens orthodoxes débattent de la position des catholiques romains et des protestants, et certains les considèrent encore comme des hérétiques.

Cependant, comme les catholiques et les protestants, les croyants orthodoxes affirment l’existence de la Trinité, de la Bible comme Parole de Dieu, de Jésus comme Dieu le Fils, et de nombreuses autres doctrines bibliques. Malgré cela, en doctrine, ils ont beaucoup plus en commun avec les catholiques romains qu’avec les croyants protestants. La doctrine de la justification par la foi est pratiquement absente de l’histoire et de la théologie orthodoxes. L’orthodoxie met plutôt l’accent sur la théose (littéralement, la « divinisation »), le processus progressif par lequel les chrétiens deviennent de plus en plus semblables au Christ. 

christianisme-orthodoxe

Le problème avec de nombreuses traditions orthodoxes est qu’elles ne comprennent pas que la « divinisation » est le résultat progressif du salut… et non une exigence du salut lui-même. Parmi les autres différences orthodoxes qui entrent en conflit avec la Bible, on peut citer :

  • L’autorité égale de la tradition ecclésiastique et de l’Écriture ;
  • Décourager les personnes qui souhaitent interpréter la Bible indépendamment de la tradition ;
  • La virginité perpétuelle de Marie ;
  • Prières pour les morts ;
  • Le baptême des nourrissons sans référence à la responsabilité individuelle et à la foi ;
  • La possibilité de salut après la mort.

Alors que l’Église orthodoxe orientale a tenu certaines des plus grandes voix dans l’Église, et alors qu’une grande partie de la tradition orthodoxe a une relation authentique avec le salut par Jésus-Christ, l’Église orthodoxe elle-même ne parle pas avec un message clair qui peut être harmonisé avec l’Évangile biblique du Christ. L’appel retentissant des réformateurs à « l’Écriture seule, la foi seule, la grâce seule et le Christ seul » est absent de cette branche du christianisme, et c’est un trésor trop précieux pour qu’on s’en passe.

Les rites des différentes religions. 

bapteme-orthodoxe

Les orthodoxes ne reconnaissent pas le pape comme chef du christianisme, ni le filioque (ajout fait par les théologiens franques au texte initial du credo). En effet, ils ont leurs propres patriarches et leur propre hiérarchie. Le clergé orthodoxe peut être marié (à l’exception des évêques) et donc avoir des enfants. Le clergé catholique reste célibataire. 

Le baptême orthodoxe s’effectue par trois immersions (alors que les catholiques ne pratiquaient qu’une immersion).

Pour l’Eucharistie, les orthodoxes utilisent un pain fermenté alors que les catholiques utilisent le pain azyme (sans levain). 

Les catholiques célèbrent la messe tous les jours, alors que dans le monde orthodoxe, elle est essentiellement réservée au samedi et au dimanche. Dans les monastères elle peut, être, célébrée chaque jour à l’exception des jours «  aliturgique » par exemple les mercredis ou vendredis de carême. 

Histoire de la religion orthodoxe

 

orthodoxe-definition 

Dans les temps anciens du christianisme, la religion orthodoxe n’existait pas ; il y avait deux empires chrétiens partageant la même foi :

L’empire d’Occident, avec son siège à Rome ;

L’Empire romain d’Orient ou Empire byzantin, avec son siège à Constantinople.

Les rites différaient (manière de célébrer la messe) mais le dogme était identique, même credo, et cela jusqu’au 8ème siècle.

Au IXème siècle, deux moines, Cyrille et Méthode, sont chargés d’aller convaincre les peuples slaves de se convertir à la religion chrétienne. Pour cela, Cyrille et Méthode inventent un alphabet, appelé aujourd’hui alphabet cyrillique, inspiré de l’alphabet grec utilisé par les Byzantins. Il permet de transcrire la Bible dans les langues slaves, jusqu’alors sans écriture, et il est encore utilisé aujourd’hui. Les peuples slaves entrent ainsi dans l’aire d’influence des Byzantins, et Byzance devient une concurrente sérieuse de Rome. Ils convainquent d’abord les chefs, les rois, les princes, qui se font baptiser, avant de convertir les peuples.

Par la suite, le concile de 1054, appelé plus communément grand schisme d’Orient ou schisme de 1054 les a séparés, mais l’Église orthodoxe garde les dogmes du christianisme :

  • La croyance en un seul dieu, à la vierge Marie et au Christ ;
  • La croyance aux saints, notamment saint Cyrille d’Alexandrie, qui est un saint catholique et orthodoxe.

Par ailleurs, les orthodoxes et les autres courants chrétiens s’inscrivent tous dans une même culture religieuse fondée sur les textes de l’Ancien et du Nouveau Testaments.

Nature de la théologie orthodoxe

Apport des conciles. 

orthodoxie-def

Les deux premiers Conciles, Nicée Ier (325) et Constantinople Ier (381), ont établi les fondements de la théologie orthodoxe en adoptant la déclaration communément appelée le Credo de Nicée. Cette formule a établi le principe de base du trinitarisme, qui déclare l’égalité substantielle de Dieu le Fils avec Dieu le Père, en réfutant spécifiquement l’arianisme. Le troisième concile, à Éphèse (431), a rejeté le nestorianisme en déclarant qu’en Christ, le divin et l’humain étaient unis en une seule personne, le Verbe fait chair. Dans son trait le plus important, cette affirmation a posé les prémisses de la christologie orthodoxe ; elle a également jeté les bases du développement de la doctrine concernant Marie.

Alors que le Christ était Dieu incarné, la Vierge était « mère de Dieu » (Theotokos, « porteuse de Dieu »), et pas seulement la mère d’un être humain ordinaire. En accord avec cette déclaration, l’orthodoxie a exprimé un grand respect pour Marie, postulant sa virginité perpétuelle et sa vie sans péché, mais est restée sceptique quant aux dogmes catholiques ultérieurs, à l’Immaculée Conception et à l’Assomption.

icone-orthodoxe-vierge-marie

Les trois Conciles suivants, Chalcédoine (451), Constantinople II (553) et Constantinople III (680), ont fait face dans leur développement à l’hérésie du monophysisme, définissant davantage pour les orthodoxes leur christologie, selon laquelle dans l’unique personne du Christ il y a deux natures complètes, l’humaine et la divine, incluant deux volontés. Le septième concile, Nicée II (787), en pleine dispute sur l’iconoclasme, a défini la doctrine des images représentant le Christ et les saints, exigeant des fidèles qu’ils les vénèrent, mais pas qu’ils les adorent.

À la suite de ce concile, dont les décrets n’ont pas été approuvés par la papauté romaine (bien qu’ils ne soient pas en conflit avec la doctrine catholique), la divergence de l’orthodoxie par rapport à la théologie chrétienne occidentale est devenue de plus en plus prononcée. 

Depuis Nicée II, aucun concile véritablement œcuménique n’a été possible, en raison de la défection (selon l’opinion orthodoxe) du Siège romain, et donc aucune nouvelle déclaration absolument définitive du dogme orthodoxe n’a été possible. De là découle l’identité consciente de l’orthodoxie en tant qu’Église des sept conciles, et son sens de la mission en préservant la foi des pères de l’église primitive.

*Ce tableau religieux orthodoxe unique à 5 pièces, mes en lumième la Sainte Vierge Marie accompagné de son Fils et de deux anges gardiens :

peinture-orthodoxe

Évolution et progrès de la théologie orthodoxe. 

Mais la théologie orthodoxe n’a pas stagné au cours des siècles suivants, car l’évolution des circonstances et les progrès d’autres théologies ont mis les auteurs orthodoxes au défi d’affiner et de retravailler leurs conceptions de la foi telles que présupposées par les décrets patristiques.

Ces formulations ont acquis une autorité considérable grâce aux approbations délivrées par les conseils locaux ou par des accords communs à long terme au sein de l’orthodoxie, bien qu’elles n’aient pas l’autorité canonique des décrets œcuméniques, que l’orthodoxie considère comme étant d’inspiration divine et donc infaillibles. Lorsqu’une déclaration est largement acceptée par les églises orthodoxes, elle acquiert le statut de « livre symbolique ».   

pretre-orthodoxe-russe

La dimension théologique du schisme avec le catholicisme occidental se fondait surtout sur le rejet par les orthodoxes de l’affirmation de Rome selon laquelle son évêque était le seul successeur de Pierre, avec la prérogative conséquente de définir le dogme. Tout en accordant une certaine primauté honorifique à la papauté, l’orthodoxie considérait tous les évêques de juste enseignement comme des successeurs égaux de Pierre, d’où l’exigence que seuls les conciles œcuméniques et épiscopaux authentiques puissent lier la conscience du croyant.

Par conséquent, l’orthodoxie a rejeté ces doctrines, qu’elle considère comme des innovations romaines. La controverse la plus célèbre entre l’orthodoxie et la théologie occidentale est née avec l’insertion de la clause philioche dans le Credo de Nicée peu après le VIIIe siècle. En plus de rejeter cette interférence non conciliante avec les décrets des Pères, l’orthodoxie a vu dans l’affirmation que le Saint-Esprit « procède du Père et du Fils » l’assomption de deux principes originaux en Dieu qui nient l’intégrité de la Trinité.

Les icônes chrétiennes : l'importance des peintures

peinture-icone-orthodoxe

Les icônes peintes sont devenues des symboles particuliers de l’orthodoxie, car elles unissaient la bonne doctrine et le bon culte, les deux sens du mot, et cette perception a conduit à désigner la restauration finale des icônes dans les églises byzantines le premier dimanche de carême de l’année 843 comme le « triomphe de l’orthodoxie ». 

Pour les orthodoxes, l’image artistique réitérait la vérité que le Dieu invisible était devenu visible dans le Fils de Dieu incarné, qui était l’image parfaite de Dieu ; l’image conduisait la personne représentée à celui qui la contemplait, tout comme le Verbe incarné amenait Dieu à l’homme.

*Ce pendentif sacré et pas cher, est gravé de la croix traditionnelle de la religion orthodoxe avec les trois barres. Vous pouvez porter cette croix religieuse autour du cou à l'aide du collier :

croix-religion-orthodoxe

Les sacrements et les croyances

Dans l’Église orthodoxe on retrouve 7 sacrements, ils sont identiques à ceux de l’Église catholique :

  • Le baptême par immersion ;
  • La chrismation, cela correspond à la confirmation de l’église catholique ;
  • La pénitence ou confession ;
  • Le mariage ;
  • L’eucharistie ;
  • L’ordination ;
  • L’extrême onction ou onction des malades. 
orthodoxe-russe

Contrairement aux catholiques, les orthodoxes refusent la théorie du filioque qui assure que le Saint-Esprit procède à la fois du Père et du Fils, idée imposée au IXe siècle dans le monde chrétien occidental. Les orthodoxes refusent le dogme de l’infaillibilité du pape (décidée en 1871). 

Les orthodoxes rejettent l’idée de l’existence du Purgatoire (idée introduite au XVIe siècle dans la confessions catholique). Les orthodoxes refusent le dogme de l’Immaculée conception décidé en 1854 par les catholiques et celui de l’Assomption de la Vierge Marie (décidée en 1950), car pour les orthodoxes la Vierge est morte puis ressuscitée et montée au Ciel (c’est la dormition de la Vierge).

Doctrines et pratiques de l'église orientale. 

eglise-orthodoxe-russe

L’Église orthodoxe donne autorité aux décisions des sept conciles œcuméniques convoqués entre 325 et 787 et définit les doctrines de base sur la Trinité et l’Incarnation. Au cours des siècles suivants, les conciles orthodoxes ont également donné des définitions doctrinales de la grâce (1341, 1351) et ont pris position sur les enseignements occidentaux.

L’Église orthodoxe accepte les traditions du christianisme primitif, y compris les mêmes sacrements que l’Église catholique bien que dans l’Église orthodoxe l’Eucharistie et la confirmation soient conférées aux enfants et l’épiscopat et le sacerdoce compris à la lumière de la succession apostolique. Les hommes mariés peuvent être prêtres, mais les évêques et les moines ne le peuvent pas.

Après une première controverse sur le sujet, les images, ou icônes, du Christ, de la Vierge Marie et des saints ont été considérées comme des témoins visibles du fait que Dieu est devenu chair humaine en la personne de Jésus. Le monachisme, qui trouve son origine dans l’Orient chrétien (Égypte, Syrie, Cappadoce), a toujours été considéré dans l’Église orthodoxe comme un ministère prophétique d’hommes et de femmes qui, par leur mode de vie, montrent l’action du Saint-Esprit. Les chrétiens orthodoxes considèrent toujours la république monastique du Mont Athos en Grèce comme un centre de vitalité spirituelle.

En général, l’Église orthodoxe a été très ouverte au mouvement œcuménique contemporain. Une par une, toutes les églises auto-guérisseuses ont rejoint le Conseil œcuménique des églises, créé à l’initiative des protestants, sans modifier leur propre approche de l’unité des chrétiens mais en considérant le Conseil comme un forum acceptable de dialogue et de coopération avec les autres chrétiens. Les orthodoxes ont considéré les récentes actions de l’Église catholique et les décrets du Concile Vatican II comme des bases prometteuses pour les travaux futurs. Cette réaction positive a été attestée par plusieurs réunions entre les dirigeants orthodoxes et catholiques, notamment par la participation de représentants du Vatican aux cérémonies du 1000e anniversaire du christianisme russe en 1988.

Organisation de la confession orthodoxe. 

L’orthodoxie est organisée selon le principe de l’autocéphalie. Chaque communauté locale de croyants constitue une Église placée sous l’autorité d’un évêque. Les évêchés sont regroupés en métropoles, chacune ayant à sa tête un métropolite. Les évêques élisent un patriarche qui est le chef de l’Église orthodoxe.

Dès le début de l’organisation du christianisme, au IV siècle, il y a eu cinq patriarcats (territoire placé sous l’autorité d’un patriarche) : celui de Constantinople, celui de Jérusalem, celui d’Antioche, celui d’Alexandrie et celui de Rome. Après la séparation des chrétiens d’Orient et des chrétiens d’Occident au moment du schisme de 1054, Rome a été remplacée par Moscou. Le patriarche de Constantinople ne commande pas aux autres patriarches mais dispose de la primauté d’honneur (il est considéré comme le plus prestigieux, car il est le patriarche de l’ancienne capitale de l’empire romain).  

icone-orthodoxe 

Depuis le XI e siècle d’autres patriarcats se sont créés : Belgrade, Bucarest, Sofia, Tbilissi (en Géorgie). On remarque donc que le regroupement des orthodoxes se fait sur une base territoriale. Il existe également des Églises autonomes en Finlande, en Crète, au Japon et celle des Missions. L’évêque-primat qui est à la tête de ces églises autonomes est nommé par une église autocéphale. Dans ces églises autonomes le culte est célébré dans la langue nationale.

Aujourd’hui le patriarcat qui regroupe le plus grand nombre de fidèles (environ 100 millions) est celui de Moscou qui a sous sa direction la Russie et les anciennes républiques soviétiques, la Tchécoslovaquie, la Pologne, l’Albanie, la Chine et le Japon. Le second en importance numérique est celui de Bucarest (environ 17 millions de fidèles). Le patriarche de Constantinople, qui n’a plus que quelques milliers de fidèles vivant en Turquie, est chargé des orthodoxes installés en Europe occidentale, en Grèce, en Crète, en Finlande, en Australie et en Amérique. Le patriarche de Jérusalem a autorité sur les fidèles vivant en Israël et en Cisjordanie. Le patriarche d’Antioche est chargé des orthodoxes du Proche Orient (Liban, Syrie…). Le patriarche d’Alexandrie s’occupe des Africains.

Liturgie orthodoxe.

La liturgie de l’Église orthodoxe est connue sous le nom de Rite byzantin ; elle a été traduite du grec en de nombreuses langues, y compris l’ancienne langue ecclésiastique slave de l’Église orthodoxe russe. Le cœur de la ritualité orthodoxe est riche, principalement dans le chant, de la liturgie fortement symbolique. Selon l’Église orthodoxe dont il dépend, le fidèle suit un calendrier liturgique spécifique qui détermine les dates des fêtes dans l’année.

La première partie de la liturgie, appelée Liturgie des Catéchumènes avec prière et lectures bibliques se réfère au culte synagogal, tel que Jésus dut le connaître. La deuxième partie, la Liturgie des fidèles, célébrant l’Eucharistie est d’origine proprement chrétienne. Le nom de chacune des parties se réfère au temps où tous les candidats non encore baptisés devaient quitter l’église après la première partie et où l’on fermait les portes à clef.

la-religion-orthodoxe

La liturgie originale dure cinq heures, la liturgie basilienne dure environ deux heures, la liturgie de Jean Chrysostome ne dure environ qu’une heure et demie ; c’est celle qui est célébrée la plupart des dimanches tandis que, pour les fêtes plus importantes, on préfère la liturgie de Saint-Basile.

Avec les orthros (matînes) et d’autres prières, l’office dure aussi trois heures les dimanches normaux ; de ce fait, tous ne restent pas du début à la fin. L’antienne Kyrie eleison (Seigneur, prends pitié) fréquente est typique de la liturgie. 

La vénération de Marie comme mère de Dieu est essentielle au culte orthodoxe, et la tradition liturgique orthodoxe met l’accent sur l’intercession des saints.

Le chant luturgique orientale et quelques interdits.

La liturgie est toujours chantée, et la communion est distribuée à la congrégation dans les deux espèces (pain et vin). 

Le chant revêt une importance particulière dans la liturgie orthodoxe, en particulier géorgienne, russe ou serbe. Ils sont compris comme prière à part entière ; ils ne doivent donc être « produits » que par les voix humaines. L’utilisation des instruments n’y est pas admise parce que les instruments ne peuvent prier. Dans les autres Églises orthodoxes, la musique instrumentale orchestres.

Une théorie, envisageant cette aversion contre la musique instrumentale, la rapproche des orchestres usuels dans les jeux du cirque romains ; les chrétiens considèrent les jeux du cirque, dans lesquels ils étaient parfois les victimes, comme un culte idolâtre. 

Signe de croix orthodoxe

messe-orthodoxe 

Dans la liturgie orthodoxe, on se signe chaque fois que la Trinité est mentionnée. Le signe de croix orthodoxe se pratique selon un mouvement de droite à gauche : front, poitrine, épaule droite, épaule gauche. Le pouce, l’index et le majeur sont liés pour représenter la trinité, tandis que l’annulaire et l’auriculaire sont repliés dans la paume pour signifier le dogme de la double nature de Jésus Christ (Dieu et Homme). On se signe aussi en admirant une icône avec ou sans prière et dans d’innombrables autres occasions, laissées à la discrétion du croyant.

Le fidèle est, en principe, debout à l’office ; beaucoup d’églises n’ont de sièges que le long des murs pour les personnes âgées ou affaiblies. La position à genoux est peu fréquente ; le dimanche, on connaît quelques grandes prosternations dans les Églises d’Europe centrale ou d’Égypte.

Marqué par une grande diversité entre les différentes Églises, le monde orthodoxe présente également de forte disparité quant à la pratique religieuse. Au total aujourd’hui il y a environ 180 millions de personnes se réclamant appartenir à l’Eglise orthodoxe. 

*Avant de vous parlez des prêtres orthodoxes et qu'est ce qui les différencies des prêtres d'autres religions, nous aimerions vous présenter cette croix utilisée par de nombreux prêtres de l'Église orthodoxe :

croix-orthodoxe-russe

Tout ce qu'il faut savoir à propos des prêtres orthodoxes

Nom et définition des prêtres orthodoxes.  

Les prêtres orthodoxes sont appelés « Pape » et peuvent être ordonnés même s'ils sont mariés, contrairement aux évêques et moines, qui doivent être célibataires. La coutume de porter la barbe, selon la prescription du livre du Lévitique aux prêtres juifs, est universellement respecté. Le culte orthodoxe est très riche, même s'il est très diversifié selon les traditions des différentes églises. La célébration de l'Eucharistie se déroule avec une pompe et une solennité particulières, enrichies par des chants, des bénédictions, une grande utilisation des bougies et de l'encens.

orthodoxe-religion

Le moment de la consécration est particulièrement solennel, lorsque le prêtre se retire derrière un paravent richement décoré. La communion est administrée sous les deux sortes de pain et de vin. Les églises orthodoxes sont très riches en images sacrées, les « Icônes ». La coutume du « baiser » de l'icône est particulièrement émouvante.

Les orthodoxes ont les mêmes sacrements que les catholiques, en particulier le baptême est conféré par une triple immersion dans l'eau. L'orthodoxie n'a pas de structure monarchique et pyramidale comme l'Église catholique, mais chaque église est gouvernée par un synode et présidée par le patriarche. Les fidèles orthodoxes se marquent en joignant l'index et le pouce du milieu (Dieu un et trois), touchant d'abord l'épaule droite puis la gauche, et faisant rapidement trois signes de croix, car il n'y a pas de distinction entre les personnes de la Trinité.

Les églises orthodoxes suivent le calendrier Julien.

Les Églises orthodoxes russes et serbes suivent le calendrier julien, en usage dans l'église universelle jusqu'en 1582, lorsque le pape Grégoire XIII a réformé le calendrier.

Le calendrier julien commence le 1er janvier 4713 avant JC et se compose de 365 jours et 8 heures, et une année bissextile de 366 jours tous les 3 ans. Cela détermine un décalage par rapport au calendrier grégorien, pour lequel les orthodoxes célèbrent toujours Noël le 7 janvier et Pâques le dimanche suivant Pâques catholique.

noel-orthodoxe

Les églises autocéphales de Grèce, de Bulgarie et de Roumanie célèbrent Noël selon le calendrier grégorien le 25 décembre, tandis que Pâques est célébrée par tout le monde orthodoxe selon l'ancien calendrier julien.

Le premier chef d'une église à recevoir le titre de pape.

Le pape de l'Église copte orthodoxe, officiellement pape d'Alexandrie et patriarche de la prédication de saint Marc et de toute l'Afrique, est le primat de l'Église copte orthodoxe et l'un des trois patriarches existants d'Alexandrie (les deux autres sont le patriarche d'Alexandrie des Coptes, catholiques, et du patriarche grec-orthodoxe d'Alexandrie, orthodoxe).

Le premier chef d'une église à recevoir le titre de pape fut Héraclius d'Alexandrie (232-248). Eusèbe de Césarée écrit :

τοῦτον ἐγὼ τὸν κανόνα καὶ τὸν τύπον παρὰ τοῦ μακαρίου πάπα ἡμῶν Ἡρακλᾶ παρέλαβον. Traduction : J'ai reçu cette règle et ce modèle de notre bienheureux Pape après le concile de Chalcédoine de 451, le patriarche d'Alexandrie Dioscoro I d'Alexandrie n'a pas accepté le résultat du concile.

Les papes copte ont été parmi les premières autorités ecclésiastiques à décider directement de la nomination des prêtres dans les diocèses.

Le vocabulaire utilisé par les prêtres de l'église orthodoxe

  • Alexiy : le nom du prêtre orthodoxe le plus vénéré de Russie.
  • Évêque : prêtre orthodoxe de haut rang.
  • Archimandrite : Dans l'Église orthodoxe, le plus haut rang de prêtre-moine.
  • Fuyez : Un membre de la communauté des prêtres en fuite qui ont quitté l'Église orthodoxe officielle.
  • Hapon : Prêtre orthodoxe russe, initiateur de la première révolution russe, dirigeant du syndicat chrétien "Rencontre des ouvriers russes de Saint-Pétersbourg".
  • Diacre : Dans l'Église orthodoxe : bas clergé, prêtre assistant dans l'accomplissement des offices religieux.
  • Eucharistie : Rituel orthodoxe, Le prêtre en présence des croyants bénit le pain et le vin, qui deviennent symboles du corps et du sang de Jésus.
  • Onction : un rite effectué dans l'Église orthodoxe certains jours : le prêtre oint le front des croyants avec de l'huile en forme de croix avec les mots "Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit".
  • Prêtrise : Activité d'un prêtre orthodoxe.
  • Propriété : chez les catholiques grecs ukrainiens, le nom de l'épouse du prêtre correspond au mot prêtre et l'adresse de la mère chez les orthodoxes.
  • Moins : Alexandre (1935-90) prêtre orthodoxe russe, théologien.
  • Garde-jambes : appartenance des vêtements liturgiques d'un prêtre à l'Église orthodoxe russe.
  • Connards : Épouse du prêtre orthodoxe.
  • Archiprêtre : Prêtre orthodoxe senior.
  • Protopresbyter : Prêtre orthodoxe senior.
  • Acolyte : un pasteur d'église qui aide un prêtre orthodoxe dans le culte.
  • Surplis : vêtements d'un prêtre orthodoxe pendant le culte. 

Nos objets religieux pour tous les fidèles orthodoxes :

Suite à la lecture de cet article, vous avez pu découvrir l'histoire et l'origine de l'Église orthodoxe. À présent, vous être un expert à ce sujet. Vous pourrez aider les chrétiens se posant des questions à propos de l'orthodoxie, ou partager notre article en cas de doute.

Si vous êtes fidèle à la religion orthodoxe, vous serez intéressé à venir découvrir sur notre site internet, nos bijoux religieux à l'image de la croix orthodoxe et des saints chrétiens tel que saint Benoît, saint Michel et plein d'autres. Nous vous invitons à découvrir tous nos objets chrétiens à petit prix et seulement disponibles sur notre site.

Découvrez nos bijoux orthodoxe en cliquant sur l'image ci-dessous : 

croix-orthodoxe-pendentif

Laissez un commentaire

N'hésitez pas à partager notre article à vos proches et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse ! 😇

Partagez votre e-mail et recevez gratuitement notre e-book ! 🙏📖

070e5e08b84fbf90