les-sept-peches-capitaux

Les sept péchés capitaux

Avez-vous déjà entendu parlé des sept péchés capitaux ? Voulez-vous avoir un petit aperçu de la réalité caché sous ce terme ? 

Nous sommes ici pour vous apporter des réponses. Nous avons trouvé des informations très intéressantes sur ce que représente ces sept péchés capitaux.

L'idée des péchés mortels est née dans la vie monastique du cinquième siècle après Jésus-Christ. Pendant des centaines d'années, un catalogue des péchés a été élaboré, testé et affiné, et finalement fixé à sept des huit péchés originaux : Fierté (saligia), avarice (avaritia), luxure (luxuria), colère (ira), gourmandise (gula), envie (invidia) et paresse (acedia). 

Grâce à cet article, vous pourrez : 

  • Parler avec aisance des sept péchés capitaux ;
  • Enumérer les formes nouvelles de péchés capitaux ;
  • Mettre un accent sur les concordances entre ces péchés et les différentes religions.

Sans plus attendre, commençons dès maintenant !

Généralité sur les sept péchés capitaux

les-peches-capitaux

L'idée des péchés mortels est née dans la vie monastique du cinquième siècle après Jésus-Christ. Pendant des centaines d'années, un catalogue des péchés a été élaboré, testé et affiné, et finalement fixé à sept des huit péchés originaux. Nous avons : Fierté (saligia), avarice (avaritia), luxure (luxuria), colère (ira), gourmandise (gula), envie (invidia) et paresse (acedia). Dans le microcosme monastique, caractérisé par le renoncement, la contemplation et le travail. Aussi par les tentations du corps et de l'esprit, on distillait le condensat des faiblesses, des vices et des passions humaines. Cela s'est fait par la contestation savante et par l'introspection, également, pour utiliser le terme moderne, par la conscience de soi. Les moines et les nonnes sont devenus les spécialistes des questions de tentation, de maîtrise de soi et de perte de contrôle.

Au fil du temps, une grille significative est progressivement apparue dans l'étude des sept principaux vices. Pour décrire et expliquer les besoins et les modes d'action de l'homme dans le domaine de la tension entre religion, morale et société. Même pour les non-croyants, la confrontation avec les "Sept Grands" permet de mieux comprendre sa propre psyché. Ils sont une possibilité de connaissance de soi éclairante, parfois dérangeante. Les péchés mortels représentent également des archétypes négatifs de personnages humains. C'est pourquoi les passions et les vices autrefois pécheurs ont servi de couleurs primaires avec lesquelles les grands romanciers et dramaturges ont dépeint leurs héros négatifs. L'envie meurtrière de Jago est le véritable thème d'Othello de Shakespeare.

Ebenezer Scrooge dans l'Histoire de Noël de Dicken ou l'Avare de Molière sont les archétypes littéraires de la cupidité. Et Michael Kohlhaas de Kleist est l'incarnation de la colère autodestructrice. Parce que les péchés mortels capturent évidemment des constantes anthropologiques. Ils conviennent également pour réfléchir au comportement des personnes contemporaines et pour examiner la forme changeante des problèmes moraux et éthiques sociétales. L'orgueil, l'avidité, la luxure, la colère, la gourmandise, l'envie et la paresse sont des émotions laborieusement retenues par la culture et la civilisation. Le péché est donc un concept qui reste aujourd'hui encore compréhensible pour tout être humain, même s'il le rejette pour lui-même. 

Les nouvelles formes de péchés capitaux

formes-de-peches

De "nouveaux péchés" apparaissaient : égoïsme, hypocrisie, intolérance, cruauté et cynisme. Cependant, la cupidité et l'envie, la colère et la paresse, l'arrogance, la gourmandise et la luxure peuvent encore être observées aujourd'hui. Et toujours dans des variations et manifestations toujours nouvelles. Même si elles ne sont pas toujours appelées par leur nom et que nous utilisons une variété d'autres termes. 

  •  La cupidité, par exemple, a de nombreux visages : Mais la cupidité et l'avarice ne sont pas le privilège des puissants. Il semble que nous soyons devenus pratiquement une nation de chasseurs d'aubaines, pratiquant un étrange mélange d'avarice et de cupidité - voulant le plus possible et payant le moins possible pour cela : Le mot "rapport qualité-prix" apparaît dans presque toutes les conversations sur les sorties au restaurant ou les vacances, au plus tard dans la deuxième phrase. 
  • Même la luxure n'est plus un vice aujourd'hui, à peine une passion consommatrice. Le Don Juan contemporain est un homme passionné qui compense ses problèmes d'estime de soi par des conquêtes sexuelles. Les stimuli érotiques nous conditionnent également en tant que consommateurs : ce n'est pas pour rien que le sexe fait vendre.  
  • La gloutonnerie dans toutes ses manifestations (orgie, ivresse, extravagance ostentatoire)  est encore moins perçue comme un péché. La gourmandise, il est vrai est considérée dans certains milieux comme une faiblesse de caractère méprisable. Mais elle est aussi reconnaissable dans la préoccupation obsessionnelle pour tout ce qui concerne la nourriture. Par exemple l'invasion des chefs de la télévision ou la recherche de chatouilles gustatives toujours nouvelles et de plaisirs "exclusifs". Le blasphème inhérent au terme "gloutonnerie" nous échappe complètement. 
  • L'envie est le premier péché au-delà de l'Eden. Caïn a tué Abel par envie. Mais au plus tard avec le début de l'ère bourgeoise, l'envie est le véritable moteur du progrès et de croissance économique. C'est d'autant plus vrai aujourd'hui, dans un capitalisme de consommation accélérée, où il faut à tout prix réussir à éveiller le désir. Néanmoins, l'envie se transforme souvent en ressentiment et devient ainsi une douleur mentale permanente. Car les inégalités existentielles et les injustices sociales ne peuvent jamais être éliminées, même de loin.  
pendentif-croix-de-jesus

    • Depuis les temps bibliques, l'orgueil a les visages de l'arrogance, de la réserve, de la vanité. Aujourd'hui, l'orgueil et l'arrogance intellectuelle font tous autant partie de ses manifestations que l'étalage désinhibé de corps magnifiquement opérés et stylisés. D'autre part, la chute profonde de l'arrogant préparée par les médias fait désormais partie de la base du divertissement et de l'information. Dans l'économie moderne de l'attention, le succès n'est pas possible sans l'épanouissement et l'exaltation de soi-même. Car l'attention des autres est le capital qui rapporte le plus d'intérêts. 
    • L'inertie, aujourd'hui, c'est avant tout l'indifférence, elle se manifeste par l'ignorance délibérée des destins étrangers. C'est la neutralité confortable qui nous suggère de rester en dehors de tout. Mais elle apparaît aussi comme une paresse de pensée habituelle et comme une auto-stimulation, assez souvent déguisée en surcharge de travail. L'inertie, paradoxalement, nous rend inventifs : nous nous efforçons d'éviter toujours plus de mouvements, tant physiques  que mentaux.
    • Et comme nous sommes en colère aujourd'hui. Nous sommes rapidement enragés, surtout par les autres pécheurs qui nous coûtent du temps et de l'argent. Indigné et en colère parce que nos exigences ne sont pas satisfaites ou que nos droits ne sont pas respectés. Et nous avons de grandes exigences et de nombreux droits.

    Les péchés mortels ont largement perdu leur signification spirituelle ou existentielle dans nos vies. Ils nous apparaissent aujourd'hui plutôt comme des comportements désagréables mais banals, comme des modes et des névroses Mais aussi comme des stratégies contemporaines pour maximiser le succès et le plaisir ou pour s'affirmer.

    Le secret séculaire des sept péchés mortels

    les-sept-peches-mortels

    Orgueil, avidité, luxure, colère, gloutonnerie, envie et paresse ; les sept péchés mortels ne sont même pas de vrais péchés, pourtant tout le monde les connaît. Mais d'où viennent-ils - et leur concept est-il toujours d'actualité ? 

    Dans les dessins de Pieter Bruegel l'Ancien datant de 1558, les gens qui se prélassent sont entourés de bêtes de l'enfer. Des soldats pleins de rage scient tout un groupe de personnes avec un énorme couteau, et les vaniteux attendent déjà la Bouche de l'Enfer. Ce sont des images comme celles-ci qui ont fait entrer les sept péchés mortels dans la mémoire collective. Qu'il s'agisse du chef-d'œuvre cinématographique expressionniste "Metropolis" de 1927, du thriller "Seven", de la "Divine Comédie" de Dante Alighieri ou même d'un ballet de Bertolt Brecht et Kurt Weill, la série des sept est omniprésente dans la haute culture comme dans la culture populaire. Elle a tenu bon au fil des siècles, il semble donc qu'elle ait quelque chose de supra-temporel. 

    Au sens strict, il ne s'agit pas de vrais" péchés. Car les péchés sont des actions concrètes. Cependant, l'orgueil, la cupidité, la luxure, la colère, la gourmandise, l'envie et la paresse ne sont pas des actions mais des attitudes. Théologiquement, il est donc correct de parler de vices majeurs ou de péchés racines. Car des actes pécheresses et d'autres vices peuvent découler de ces attitudes. La simple paresse n'est pas encore un péché. Le concept des sept péchés mortels est néanmoins devenu courant, il est lié à l'histoire. 

    Le concept a été "inventé" par Euagrios Pontikos (345-399), un moine vivant dans le désert égyptien à la fin du 4e siècle. De formation philosophique, il observe de près la vie des ermites et les dangers qui menacent leur ascèse. Il parle d'"oktologismoi", c'est-à-dire de huit mauvaises pensées chuchotées aux moines par des démons. Euagrios résume les deux aspects et présente huit vices principaux. Il n'y a donc pas de fondement biblique explicite pour sa liste.

    Le pape Grégoire le Grand compile la liste des sept péchés mortels

    compilation-des-peches-capitaux

    C'est seulement en Occident que l'expression "principaux vices" (vitia principalia) voit le jour. La liste reste variable en fonction des contextes locaux et historiques, et l'accent mis sur les différents vices diffère. Le recueil des sept vices connus aujourd'hui a été compilé par le pape Grégoire le Grand (540-604). Il a de nouveau adapté le recueil des vices à une époque différente et à un groupe cible différent. Aujourd'hui, elle ne s'adresse plus aux moines du désert, mais au public. Ainsi, la catégorie de la jalousie est ajoutée de façon proéminente. Par la suite, d'autres accents sont également mis, par exemple sur la cupidité et l'avarice.

    Des théologiens tels que Thomas d'Aquin ou Pierre Lombardus, cependant, attribuent rétrospectivement une importance formatrice à Grégoire et canonisent ses propos. Cette évaluation est devenue généralement acceptée. Cette période voit également la confusion croissante entre les vices majeurs et les péchés mortels. La notion de péché mortel s'est jusqu'à présent développée largement indépendamment des principaux vices. Et désigne les péchés par lesquels une personne quitte délibérément la communion avec Dieu. Il s'agit, par exemple, de l'adultère, du meurtre ou de l'apostasie. Thomas d'Aquin, tout en distinguant strictement les deux phénomènes, demande également : l'envie est-elle un péché mortel ? Ce faisant, il encourage le mélange des termes. 

    "Il n'y a pas de péché sans contexte", écrit le philosophe israélien Aviad Kleinberg dans un livre sur les sept péchés mortels. "Si les contextes et les règles changent, la définition du péché change aussi." Ce phénomène peut être observé dans la genèse du concept. Car les principaux vices d'Euagrio ne sont pas seulement plus nombreux que la liste connue aujourd'hui, ils sont en partie différents. L'envie ne figure pas sur sa liste, mais la gloire et la morosité le sont. Car l'ermite ne s'adresse pas au grand public, mais à ses confrères, les vices se réfèrent à la vie monastique de son temps. 

    Les sept vices capitaux dans d'autres conceptions

    vices-capitaux

    Mais qu'est-ce qui rend les sept vices mortels si passionnants à ce jour qu'ils continuent de fasciner les gens, même dans une société occidentale laïque ? "Ce sont des expériences fondamentales de chaque être humain, quelle que soit sa religion", estime l'éthicien de Hildesheim Alexander Merkl. Il fait des recherches sur ce sujet dans le cadre de sa thèse de doctorat. Par conséquent, ces sept attitudes de base sont également intéressantes sur le plan sociologique et psychologique. "Les gens veulent et ont besoin de manger, de boire et de faire l'amour. Les sept péchés mortels ne le nient pas. Ils trouvent cependant à redire aux excès". Le désordre, l'intempérance, l'irrationalité sont à l'honneur. 

    C'est là qu'intervient la recherche actuelle. "Les impératifs éthiques s'adressent aux collectifs, mais les décisions éthiques sont toujours de nature individuelle. Dans le domaine du bien et du mal, tout est personnel", affirme M. Kleinberg. Un regard sur Paul et sa vision de la liberté humaine vient étayer ce point de vue théologique. "Vous êtes appelés à la liberté, frères et sœurs. Seulement, n'utilisez pas la liberté comme prétexte pour la chair, mais servez-vous les uns les autres dans l'amour", écrit-il dans Galates (Gal 5, 13). 

    Saint Thomas d’Aquin se penchera aussi sur le sujet. Dans une de ses conclusions, Thomas d’Aquin a défini le terme « 7 péchés capitaux ». Selon Saint Thomas d’Aquin : « On appelle péchés capitaux, ceux dont les fins ont la vertu première et principale de mouvoir l'appétit, et comme ces vertus sont au nombre de sept, on distingue aussi sept vices capitaux qui sont : l'orgueil, l'avarice, la luxure, l'envie, la gourmandise, la colère et l’envie ». 

    Les sept péchés majeurs et le diable dans une gravure de 1879

    On peut également se demander d'où viennent certaines attitudes. Selon Aviad Kleinberg, les grands défauts de l'homme ne sont pas l'ensemble des sept péché, mais plutôt "la faiblesse, la solitude et le désespoir, car ils (et non l'orgueil, l'envie et la colère) sont les formes primordiales du péché". La mesure dans laquelle ces peurs humaines primitives se réalisent dépend de l'éducation, de l'estime de soi et de la situation de vie de chacun. Une personne qui a peur pour son avenir immédiat est davantage dans un état d'anxiété qu'un retraité aisé qui n'a pas à s'inquiéter. En conséquence, le risque de commettre un péché varie. 

    Merkl pense que malgré toute l'appréciation de la tradition des sept péchés mortels, il faut les compléter aujourd'hui : "La conclusion classique selon laquelle les mauvaises actions font une mauvaise personne et vice versa n'est plus valable dans cette exclusivité. Nous devons également examiner d'où viennent les vices à l'aide des découvertes actuelles en psychologie et en sociologie". De cette façon, a-t-il dit, le concept traditionnel de péchés mortels pourrait devenir connectable et stimulant pour la poursuite des discussions.

    De Faust à Macbeth, des personnages littéraires célèbres se sont demandé s'ils devaient céder à leurs vices ou en devenir les maîtres. Même en dehors du contexte religieux, les sept péchés mortels conservent leur valeur et leur justification dans une société individualisée. Et peuvent même donner lieu à d'autres discussions sur les origines du péché et donc, en fin de compte, sur ce qui est mauvais chez les gens. 

    Attirez la grâce dans votre vie à travers nos articles en ligne

    Les sept péchés capitaux demeurent et restent la source de tous les péchés qui gangrènent le monde de nos jours. Considérés comme des péchés vices par la religion catholique, les 7 péchés entrainent toujours les autres péchés. La boutique Croix Chrétiennes s’ouvre à vous et met à votre disposition de multiples articles comme des pendentifs, des bagues et plein d'autres bijoux en lien avec la religion chrétienne.

    À présent, nous vous invitons à visiter notre boutique chrétienne en ligne, elle vous offre une gamme très variée de bijoux croix fantaisie à petit prix :

    bijoux-croix-faintaisie

    Laissez un commentaire

    N'hésitez pas à partager notre article à vos proches et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse ! 😇

    Partagez votre e-mail et recevez gratuitement notre e-book ! 🙏📖

    070e5e08b84fbf90