sept-sacrements

Catholique -

Les sept sacrements de l’Église catholique

Souhaitez-vous connaître l'utilité des sept sacrements dans la vie du croyant ? Et comment ils peuvent le rapprocher de Dieu ?

Nous avons décidé de vous informer sur ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre les sept sacrements.

Au Moyen âge, l’Église a développé une vision manichéenne du monde, les bons vont au paradis et les mauvais en enfer. Les chrétiens veulent obtenir leur salut, c’est-à-dire aller au paradis après leur mort et espèrent connaître une vie meilleure dans l’au-delà. C’est pourquoi les sacrements sont très importants dans la vie d’un chrétien.

Pour mieux vous informer sur les sept sacrements et leur importance, nous allons scinder notre article en trois grands niveaux :

  • Les sacrements de l’initiation chrétienne composés de :

  1. Le Baptême
  2. L’Eucharistie
  3. La Confirmation
    • Les sacrements de la guérison qui comportent :

    1. La Pénitence
    2. L’Onction des malades
      • Les sacrements au service de la communion et de la mission divisés en deux :

      1. L’Ordre
      2. Le Mariage

        Les bases ainsi posées, allons dans le monde sacré des sacrements.

        Quand nous parlons de sacrement que faut-il en retenir ?

        les-sept-sacrements-du-bapteme

        Le sacrement est un acte religieux institué par l’Église qui a pour objectif de rendre saint, d’être sauvé et d’atteindre le paradis. Le sacrement exprime ainsi la relation entre l’être humain et Dieu et il est une façon d’accéder à la vie éternelle. Selon le Concile de Trente : DS 1604, «  un Sacrement est, dans la théologie de l’Eglise catholique, un geste qu’une parole accompagne.

        Dans lequel Dieu agit de manière efficace par l’intermédiaire d’un ministre ordonné pour le salut des hommes ». Ainsi donc, un sacrement est cet acte sacré qui permet de créer un lien entre tous les chrétiens et Dieu. L’objectif est la réalisation du projet Divin qui n’est que la rédemption et le salut de l’homme.

        Nous avons sept sacrements dans l’Eglise catholique : le baptême, la communion, la confirmation, la pénitence, l’onction des malades, le mariage et l’ordre. Les premières catégorie de sacrement sont celle de l’initiation chrétienne. Elles se réalisent par les sacrements qui fondent les bases de la vie chrétienne. Nés de nouveau grâce au Baptême, les fidèles se nourrissent de l’Eucharistie et sont fortifiés par la Confirmation.

        7-sacrements-de-l-eglise-catholique

        Le sacrement du Baptême, premier du trio de l’initiation chrétienne

        les-sept-sacrements-de-l-eglise

        Dans l’Ancienne Alliance, on trouve diverses préfigurations du Baptême : l’eau, source de vie et de mort. L’arche de Noé qui sauve de l’eau ou le passage de la Mer Rouge qui a délivré Israël de la servitude en Égypte. La traversée du Jourdain qui fait entrer Israël dans la terre promise donnant une image de la vie éternelle.

        Avec le Nouveau testament, Jésus-Christ au début de son sacerdoce se fait baptiser dans le Jourdain par Jean-Baptiste. Sur la croix, de son côté transpercé, jaillissent le sang et l’eau, signes du Baptême et de l’Eucharistie. Après sa Résurrection il confia aux Apôtres la mission suivante : « Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28,19).

        Cette mission confiée aux Apôtres l’a été le jour de la Pentecôte. C’est ce pourquoi cette institution a pris corps avec la formule sacrée de la Sainte Trinité. Toutes les Eglises baptisent ainsi donc leurs fidèles qui confessent et croient en Jésus en usant de cette formule.

        Le baptême : Pour qui, par qui et pourquoi ?

        sept-sacrements-chretiens

        Le sacrement baptismal est ouvert à toute personne non encore baptisée. Par ce sacrement, les adultes renaissent de nouveaux et voient leurs péchés commis effacés afin d’entrer dans la grande famille. Les enfants aussi se font baptiser pour que le péché originel soit effacé et être introduits dans le royaume des fils de Dieu.

        Les ministres ordinaires du Baptême sont l’Évêque et les prêtres, dans l’Église latine, il y a également le diacre. En cas de nécessité, toute personne peut baptiser, pourvu qu’elle ait l’intention de faire ce que fait l’Église. L’officiant verse l’eau sur la tête du candidat et prononce la formule baptismale trinitaire : « Je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ».

        Le Baptême fait participer à la vie Divine Trinitaire par la grâce sanctifiante qui incorpore au Christ et à son Église. Il donne part au sacerdoce du Christ et il constitue le fondement de la communion avec tous les chrétiens. Il dispense les vertus théologales et les dons de l’Esprit Saint ainsi le baptisé appartient pour toujours au Christ car marqué du sceau indélébile du Christ.

        Deuxième sacrement de l’initiation à la vie chrétienne : le mystère de l’Eucharistie

        les-sept-sacrements-de-dieu

        L’Eucharistie est le sacrifice même du Corps et du Sang du Seigneur Jésus. Il l’a instituée pour perpétuer au long des siècles jusqu’à son retour le sacrifice de la croix. Il confia ainsi à son Église le mémorial de sa Mort et de sa Résurrection. L’Eucharistie est le repas pascal où l’on reçoit le Christ, où l’âme est comblée de grâce et où est donné le gage de la vie éternelle.

        Ce dernier l’a instituée le Jeudi saint, « la nuit même où il était livré » (1 Co 11,23). Après avoir réuni ses Apôtres au Cénacle, Jésus prit le pain dans ses mains, le rompit et le leur donna. Il dit ensuite : « Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous ».

        Puis il prit dans ses mains la coupe remplie de vin. Il leur dit : « Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. Vous ferez cela, en mémoire de moi ».

        Les avantages et différents paramètres d’une bonne Eucharistie

        sept-sacrements-tableau

        Le premier paramètre à respecter pour administrer le sacrement de l’Eucharistie est la qualité de l’officiant. De manière générale peuvent officier l’évêque et les prêtres dûment ordonnés qui agissent dans la Personne du Christ Tête et au nom de l’Église. Les diacres peuvent assister l’officiant mais n’ont pas le pouvoir de consacrer les hosties en corps et le vin en sang du Christ.

        Pour recevoir la communion à la table Sainte, il faut être pleinement incorporé à l’Église catholique et en état de grâce. C’est-à-dire sans conscience d’avoir commis de péché mortel car celui qui en commet un doit d’abord recevoir le sacrement de la Réconciliation. Il faut aussi avoir l’esprit de recueillement, de prière, observer le jeûne et avoir des attitudes corporelles dignes.

        La Communion fait grandir notre union au Christ et avec son Église. Elle maintient et renouvelle la vie de grâce reçue au Baptême et à la Confirmation, et elle accroît l’amour envers le prochain. En nous fortifiant dans la charité, elle efface les péchés véniels et nous préserve, pour l’avenir, des péchés mortels.

        Le sacrement de la confirmation : le dernier du trio des sacrements d’initiation

        les-sept-sacrements-initiation

        Dans l’Ancien testament, les prophètes ont annoncé le don de l’Esprit du Seigneur au Messie attendu et au peuple messianique. Toute la vie et la mission du Christ se déroulent dans une totale communion avec l’Esprit Saint. Les Apôtres le reçoivent à la Pentecôte et annoncent les « merveilles de Dieu » (Ac 2,11). Par l’imposition des mains, ils transmettent aux baptisés le don de l’Esprit lui-même.

        Tout au long des siècles, l’Église a continuellement vécu de l’Esprit et l’a transmis à ses fils. On dit Chrismation dans les Églises orientales avec le saint-myron, qui veut dire saint-chrême, parce que le rite essentiel en est l’onction. Cette huile est consacrée par l’évêque et s’effectue par l’imposition des mains en prononçant les paroles sacramentelles. On l’appelle Confirmation, parce qu’elle confirme et renforce la grâce baptismale.

        Le ministre chargé de cette onction et son rôle dans la vie d’un chrétien

        les-sept-sacrements-catholique

        La confirmation est donnée par l’évêque mais en cas d’empêchement, ce dernier donne pouvoir au prêtre d’officier à sa place. En Occident, cette onction est faite sur le front des baptisés avec ces paroles : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ». Dans les Églises orientales l’onction est faite avec la formule : « Je te marque du don de l’Esprit Saint ».

        L’effet de la Confirmation est l’effusion particulière de l’Esprit Saint, comme à la Pentecôte en imprimant dans l’âme un caractère indélébile. Elle augmente la grâce baptismale. Aussi enracine plus profondément la filiation divine et unit plus fermement au Christ et à son Église.

        Elle renforce dans l’âme les dons de l’Esprit Saint et confère une force particulière pour témoigner de la foi chrétienne. Toute personne déjà baptisée peut et doit recevoir la confirmation et cela une seule fois si elle suit les étapes nécessaires. Pour recevoir efficacement ce sacrement, le baptisé doit être en état de grâce.

        Deuxième niveau de sacrements : les sacrements de la guérison tant physique que spirituelle

        Le Christ, médecin de l’âme et du corps, a institué ces sacrements parce que la vie nouvelle qu’il nous a donnée peut être affaiblie par le péché. C’est pourquoi il a voulu que l’Église continue son œuvre de guérison et de salut, grâce à ces deux sacrements. Ces sacrements sont la pénitence ou réconciliation et l’onction des malades.

        Le sacrement de pénitence ou réconciliation (la confession)

        Pendant sa vie sur terre, Jésus a mis les bases du sacrement de réconciliation ou de pénitence. Dans Mathieu 16 v19, il dit qu’il donnera à son Eglise, à Pierre et à ses apôtres « le pouvoir de lier et de délier ». Après sa résurrection, lors de son apparition le jour où il leur envoya l’Esprit Saint, il affirme « Recevez le Saint Esprit. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » Jean 20 V 22-23.

        Ici l’homme se convertit sous l’action de l’Esprit Saint et le prêtre au nom du Christ lui accorde le pardon. Il faut que le pénitent fasse un sérieux examen de conscience suivit du repenti de tous ses péchés. Qu’il se confesse et accepte l’accomplissement des actes de pénitence que le confesseur lui impose en réparation des dommages causés par le péché.

        Le Christ a confié le ministère de la Réconciliation à ses Apôtres, aux Évêques, leurs successeurs, et aux prêtres, leurs collaborateurs. Ils exercent le pouvoir de pardonner les péchés au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ces derniers sont tenus au secret du confessionnal.

        Le sacrement de l’onction des malades qui peut permettre la guérison physique

        Dans l’Ancien Testament, l’homme a fait l’expérience, durant les périodes de maladie, de ses limites. Il a compris que la maladie est liée de façon mystérieuse au péché. Les prophètes ont entrevu qu’elle pouvait avoir aussi une valeur rédemptrice pour ses péchés personnels et pour ceux des autres.

        Ce sacrement est Institué par le Christ lui-même et attesté par Saint Jacques. « Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui dans l’Église exercent la fonction d’Anciens : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur » (Jc 5,14-15). Il est administré par les évêques et les prêtres dûment ordonnés dans leur mystère.

        Tout fidèle peut le recevoir lorsqu’il commence à se trouver en danger de mort en raison de la maladie ou de l’âge. Le sacrement confère une grâce spéciale qui unit plus intimement le malade à la Passion du Christ. Elle lui apporte le réconfort, la paix, le courage et le pardon des péchés si le malade n’a pu se confesser.

        Troisième et dernière catégorie : les sacrements au service de la communion et de la mission

        les-sept-sacrements-religion

        Deux sacrements, l’Ordre et le Mariage, confèrent une grâce spéciale pour une mission particulière dans l’Église, au service de l’édification du peuple de Dieu.

        Le sacrement du mariage unissant l’homme et la femme

        En créant l’homme et la femme Dieu les a appelés dans le Mariage, à une intime communion de vie et d’amour entre eux. « A cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul » (Mt 19,6). En les bénissant, Dieu leur a dit : « Soyez féconds et multipliez-vous » (Gn 1,28). Selon le plan originel de Dieu, l’union matrimoniale est indissoluble. Jésus Christ l’a affirmé : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Mc 10,9).

        Le sacrement de Mariage crée entre les époux un lien perpétuel et exclusif. Le mariage conclu et consommé entre baptisés ne peut jamais être dissout ce pourquoi le divorce religieux n’est pas accepté. Le sacrement donne aux époux la grâce nécessaire pour parvenir à la sainteté dans la vie conjugale, et dans l’accueil responsable et l’éducation des enfants.

        Le rôle du sacrement de l’ordre dans l’Eglise catholique

        C'est le sacrement par lequel la mission confiée par le Christ à ses Apôtres continue à être exercée dans l’Église. Nous distinguons le ministère de l’épiscopat, du presbytérat et du diaconat. L’épiscopat est l’ordre des évêques et fait de lui le successeur légitime des Apôtres et l’intègre au collège épiscopal. L’évêque a pour mission d’enseigner, de sanctifier et de gouverner un territoire composé de plusieurs paroisses appelé diocèse.

        Lors de l’ordination presbytérale (les prêtres), l’onction de l’Esprit Saint marque le prêtre d’un caractère spirituel indélébile. Elle le configure au Christ prêtre, le rend capable d’agir au nom du Christ Tête et est Coopérateur de l’Ordre épiscopal. Il est consacré pour annoncer l’Évangile, célébrer le culte de l’Eucharistie dont il tire la force pour son ministère et pour être le pasteur des fidèles.

        Le diacre (ordination diaconale) quant à lui est ordonné pour le service de l’Église. Sous l’autorité de l’Évêque, il exerce ce service du ministère de la parole, du culte divin, de la charge pastorale et de la charité. Il appartient aux évêques validement ordonnés de conférer ces trois degrés d’ordre par l’imposition des mains sur la tête de l’ordinand à travers la prière solennelle de consécration.

        Notre boutique religieuse met en valeur les articles religieux 

        En conclusion, nous pouvons retenir que les sept sacrements institués dans l’église catholique ont chacun leur histoire et leurs avantages. Les sacrements sont des actes religieux qui, par leur caractère sacré nous rapprochent de Dieu et de sa Maison Céleste. Ces sacrements que sont le baptême, la communion, la confirmation, la pénitence, l’onction des malades, le mariage et l’ordre participent à la communion avec le Divin et préparent les fidèles pour le royaume des Cieux. Il est ainsi vrai que ces sacrements participent à l’obtention du visa pour le paradis.

        Nous nous réjouissons pour votre attention et pensons que vous avez eu suffisamment d’informations sur les sept sacrements qui existent dans l’Eglise catholique.

        Nous vous invitons à présent à venir découvrir dans notre boutique chrétienne en ligne nos sublimes chapelets chrétiens :

        7-sacrement-chretien


        Laissez un commentaire

        N'hésitez pas à partager notre article à vos proches et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse ! 😇

        Partagez votre e-mail et recevez gratuitement notre e-book ! 🙏📖

        070e5e08b84fbf90