Eglise-Catholique

Catholique -

Église Catholique : histoire et origine du catholicisme

L’église catholique est l’une des églises les plus populaires du monde. Voulez-vous connaitre l’histoire de cette église ?

Afin de satisfaire votre curiosité, nous avons fait des recherches minutieuses sur l’église catholique. Voici ce que nous pouvons dire en quelques mots :

L’église catholique est considérée comme la plus grande et la mieux organisée des confessions religieuses. Elle est présente dans plusieurs pays et est dirigée par le pape. Le pape vit au Vatican et est remplacé en cas de décès ou de grave maladie.

Dans cet article, vous découvrirez :

  • L’origine de l’église catholique ;

  • Les caractéristiques de l'église catholique ;

  • La christianisation des croyances païennes.

Sans plus tarder, commençons l'article dès maintenant !

Définition et origine de l'église catholique

l-eglise-catholique

L’église catholique ou le catholicisme désigne l'"Église universelle" depuis le début du deuxième siècle. En 313, Constantin le grand a établi que le christianisme était une religion licite dans l'Empire romain. Le terme a été utilisé pour la première fois dans les lettres d'Ignace d'Antioche, qui, selon Jean Chrysostome, a été ordonné par Pierre lui-même.

En fait, le mot espagnol "catholicisme" vient du latin "catholicismus », et du grec "katholikós", qui signifie « Universelle ». Ceci dit, après la Réforme protestante, l'attribut catholique (ou catholicisme) sert principalement à distinguer l'église de Rome des autres confessions chrétiennes, telles que les protestants, les orthodoxes, etc…

Aujourd'hui, l'Église catholique est la plus grande et la plus organisée des confessions chrétiennes, avec plus d'un milliard de fidèles. Elle proclame que c'est l'église pour laquelle Jésus est mort. Elle est l'église qui a été établie et construite par les apôtres. Découvrez dans cet article son histoire et ses dogmes.

Histoire de l'église catholique

image-bible-et-croix

Durant les 280 premières années de l'histoire chrétienne, le christianisme a été interdit par l'Empire romain et les chrétiens ont été terriblement persécutés. Tout cela a changé après la "conversion" de l'empereur romain Constantin Le Grand. Constantin Le Grand a "légalisé" le christianisme avec l'édit de Milan en 313 après Jésus Christ ( J.C). Puis, en 325 après J.C, il convoque le Concile de Nicée pour tenter d'unifier le christianisme. L’empereur apercevait le christianisme comme une religion capable d'unir l'Empire romain, qui à cette ère commençait à se diviser.

Bien que cela ait pu sembler être un changement positif pour l'église chrétienne, les résultats ont été tout sauf convenables. Constantin a refusé d'enlacer pleinement la foi chrétienne, il a conservé nombre de ses croyances et pratiques païennes. L’église chrétienne que Constantin a promue était un mélange de christianisme authentique et de paganisme romain.

Constantin comprit finalement que, l'Empire romain étant si vaste, grand et bigarré. Tout le monde ne serait pas de consonance pour abandonner ses croyances religieuses et embrasser le christianisme à la place. C'est pourquoi Constantin a permis, et même encouragé, la "christianisation" des croyances païennes. Ainsi, Des croyances totalement païennes et totalement anti-écrites ont été dotées de nouvelles identités "chrétiennes". 

pendentif-croix-catholique

Les caractéristiques de l'église catholique

L’église catholique reconnait l’existence de la sainte trinité : reconnaissance de l'origine du Saint-Esprit, non seulement de Dieu le Père, mais aussi de Dieu le Fils. Ses autres caractéristiques dogmatiques sont : L’existence du purgatoire et la reconnaissance des dogmes sur la direction du Pape.

bible-catholique

Les différences de culte et de canonique du catholicisme par rapport à l'église orthodoxe sont : le célibat du clergé, le développement unique du culte de la Vierge. Le Vatican est le centre mondial de l’église catholique. C’est là que vit le pape, avec ses collaborateurs chargés de différentes fonctions de l’église. 

L'église catholique doit collationner sa structure, fondée sur la tradition et sur la centralité de la figure du pape, au pluralisme religieux moderne. Le pape François est le 264ème pape de l’église depuis st Pierre.

Les sacrements de l'église catholique.

Selon la tradition de l’église catholique, de l'enfance à la mort, les sacrements marquent les grandes étapes du culte chrétien. Les catholiques romains et les orthodoxes orientaux, ainsi que de nombreux évêques protestants, reçoivent les sept sacrements.

chapelet-bible

Un sacrement, disait saint Augustin, est "la forme visible d'une grâce invisible". Par le mot "grâce", saint Augustin percevait la compassion expansive de Dieu, et par "forme visible". 

Le baptême.

Le baptême a toujours été examiné comme le sacrement d'initiation dans l'église chrétienne. Il représente l'acte de foi d'un individu et l’empreinte comme un disciple du Christ, tout en lavant le péché originel (dérivé du péché d'Adam). Il est reconnu par toutes les églises qui acceptent les sacrements.

religion-chretienne

Selon les conclusions du service épiscopal du baptême, la personne baptisée d'eau et du Saint-Esprit est reçue dans la sainte église du Christ. Elle est devenue un membre actif, afin qu'elle puisse recevoir le pardon des péchés, par régénération spirituelle. Parfois, on asperge la personne baptisée de quelques gouttes d'eau, d'autres fois, on lui verse de l'eau et parfois, elle est complètement immergée.

Bien que la plupart des églises baptisent les enfants à la naissance, les baptistes et autres cultes attendent l'adolescence ou l'âge adulte. L'eau et le signe de la croix sont utilisés dans toutes les formes de baptême. Et tous ont un profond effet spirituel sur les baptisés.

La confirmation.

La confirmation complète le travail du baptême et permet à la personne (généralement entre 7 et 14 ans) d'assumer de plus grandes responsabilités spirituelles. Dans l'église catholique comme dans l'église épiscopale, l'évêque est généralement celui qui confirme. Comme l'origine de la confirmation est considérée comme venant des apôtres et non pas divine, les protestants ne reconnaissent pas la confirmation comme un sacrement.

confirmation-catholique

Par contre, elle est reconnue comme un sacrement "mineur" par les épiscopaliens. Les luthériens, en revanche, la pratiquent comme un rite qui rappelle aux enfants la promesse du baptême et les prépare à la communion, et non comme un sacrement.

L'Euchariste.

L’eucharistie est la célébration de la dernière Cène, le tournant de la vie de Jésus. Il est le plus grand des sacrements, autour duquel tournent tous les autres. Il commémore son sacrifice pour l'humanité. Tous les récits bibliques de la Cène montrent clairement que le souper précédant la crucifixion du Christ allait devenir une source de force spirituelle.

Dans la communion, le pain du dévot ou hostie représente le corps du Christ. Le vin, représente le sang du Christ. Certains groupes, notamment parmi les églises orthodoxes orientales, boivent une combinaison de pain et de vin.

Il convient de mentionner que les orthodoxes orientaux ont une coutume unique : ils confirment les enfants et leur donnent les catholiques, qu'ils soient romains ou orthodoxes. Ils appellent le sacrement de communion "Sainte Eucharistie" et croient que lorsque le pain et le vin sont consacrés par un prêtre, ils deviennent le corps et le sang du Christ. La plupart des protestants pensent que le corps et le sang ne sont représentés que spirituellement. Certains d'entre eux considèrent la communion comme un simple acte de mémoire.

Le mariage.

Les catholiques et l'église orthodoxe orientale perçoivent le mariage comme un sacrement. Ils soutiennent leur conviction par la présence Jésus Christ aux noces de Cana en Galilée, où Il a accompli son premier miracle. Les protestants, sans nier l'importance du mariage, le classent comme une cérémonie ou un rite de moindre importance que le sacrement.

mariage-catholique

En consacrant l'union entre l'homme et la femme, le mariage sanctifie l'amour humain ainsi que la procréation et l'éducation des enfants. Les églises ont toujours estimé qu'elles avaient une certaine implication en matière d'instruction, tant laïque que religieuse. Beaucoup d'entre eux, en particulier l'église catholique, se soucient de s'en occuper en maintenant leurs propres systèmes éducatifs très bien organisés.

L'église romaine et l'église orthodoxe sont strictes en matière de divorce. L'église romaine l'interdit, n'autorisant la séparation du mari et de la femme que pour des raisons extrêmes. Le mariage peut être invalidé par l'annulation, en le déclarant inexistant dès le début.

La pénitence.

Par ce sacrement, le chrétien confesse ses péchés et gagne le pardon complet de ses péchés. Cela peut être fait pour des péchés spécifiques, comme les catholiques qui se confessent à un prêtre. La pénitence découle en partie de la capacité de guérison du Christ. Il a accompli ses miracles non seulement pour soulager ceux qui souffraient, mais aussi pour démontrer sa mission sur terre : libérer l'humanité du péché.

croix-catholique

La pénitence implique deux actes nécessaires : la confession, accompagnée de la contrition ou du repentir et l'absolution. Les protestants mettent l'accent sur le repentir. Par contre, les catholiques considèrent que l'absolution a une valeur égale.

L'hypothèse extrême.

Chez les catholiques romains, l'onction n'est administrée que lorsqu'il y a danger de mort. C'est exactement pour cela qu'on l'appelle les derniers sacrements. Complétant l'œuvre de pénitence, il insuffle à l'âme la grâce divine pendant ses derniers périodes.

la-crucifixion

Dans les églises orthodoxes orientales, l'onction peut être administrée autant de fois que nécessaire. Elle est utilisée à la fois pour guérir et pour soulager les personnes dans leurs foyers.

Pour les catholiques romains, l'extrême-onction a quatre résultats : la rémission (pardon) de la culpabilité des péchés que la personne peut avoir commis. La rémission de tous les résidus des péchés passés. Le renforcement de l'âme par l'éveil de la confiance en Dieu ; et le rétablissement éventuel de la santé corporelle.

L'odre des prêtres. 

En donnant des encouragements spirituels, la capacité d'administrer les sacrements est sacrée. Les églises catholique, orthodoxe et anglicane confèrent cette faculté par le sacrement de l'ordination. Grace à cette faculté, les prélats les plus anciens "ordonnent" des ministres ou des prêtres. En référence biblique de Jean 2 :21 "Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie". Les apôtres ont à leur tour choisi d'autres personnes à ordonner, et le processus s'est poursuivi pendant 2000 ans sous le nom de Succession Apostolique.

Dans le Nouveau Testament, les prophètes et les enseignants de l'église d'Antioche ont choisi Paul et Barnabas pour un travail missionnaire avec imposition des mains. Même les protestants, qui déclarent que la Bible ne prévoit aucun sacrement d'ordination, utilisent l'imposition des mains comme un moyen important de transmettre le ministère. Ils perpétuent ainsi, pour toujours l'église et la parole de Dieu.

Structure de l'église catholique.

L'Église catholique est ordonnée sur plusieurs degrés, avec la distinction entre le sacerdoce et le laïcat. L'ordre hiérarchique du clergé est composé d'évêques, de prêtres, de diacres, et a le pape au sommet. Elle a une durée ininterrompue jusqu'au retour du Christ.

croix-d-eglise

En outre, dans le prolongement de l'œuvre de Jésus-Christ, l'église catholique a les pouvoirs d'enseignement dans la mesure où elle est chargée du soin de la vraie foi. Elle a le droit et le devoir d'enseigner à tous les peuples, de sanctification avec un pouvoir sacramentel. C'est-à-dire, l'attribution de la grâce par les sacrements de gouvernement ou de juridiction y compris les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

La christianisation des croyances païennes 

Voici quelques exemples de christianisation de croyances païennes :

croix-latine

Le culte d'Isis. 

Une religion égyptienne basée sur la déesse-mère, a été ingéré par le christianisme en remplaçant Isis par Marie. De nombreux titres employés pour Isis, tels que "Reine du Ciel", "Mère de Dieu" et "Theotokos" ("porteur de Dieu"), ont été attribués à Marie.

Marie s'est vu octroyer un rôle très important dans la foi chrétienne catholique, bien au-delà de celui qui lui est attribué dans la Sainte Bible. Ceci a pour objectif d'attirer les adorateurs d'Isis vers une foi qu'ils n'auraient pas adoptée sans quoi.

De nombreux temples d'Isis ont en effet été convertis en temples dédiés à Marie. Les premiers indices clairs de la mariologie catholique apparaissent dans les écrits d'Origène. Origène a vécu à Alexandrie, en Égypte, qui, était le centre principal du culte d'Isis. 

Le mithraïsme.

Une des religions de l'Empire romain entre le premier et le cinquième siècle après J.C était le mithraïsme. Il était très répandu parmi les Romains, surtout parmi les soldats romains. C’était probablement la religion de plusieurs empereurs romains. Bien que le mithraïsme n'ait jamais reçu de "statut officiel" dans l'Empire romain, il a été de facto la religion officielle jusqu'à Constantin. Les empereurs romains ultérieurs ont remplacé le mithraïsme par le christianisme.

image-catholique

L'un des aspects clés du mithraïsme était un repas sacrificiel qui consistait à manger la chair et à boire le sang d'un taureau. Mithras, le dieu du mithraïsme, était "présent" dans la chair et le sang du taureau. Cette nourriture était mangée afin d'accorder le salut à ceux qui partageaient le repas sacrificiel. Les Mithras avaient également sept "sacrements", de manière que les ressemblances entre le mithraïsme et le catholicisme romain sont trop nombreuses.

Constantin et ses successeurs ont trouvé une imitation « chrétienne » au repas sacrificiel du mithraïsme dans le concept de la Cène ou de la Communion chrétienne. La romanisation de la Cène a complété la transition vers une consommation sacrificielle de Jésus-Christ. Elle est connue aujourd’hui sous le nom de Messe catholique ou Eucharistie. 

L'hénothéisme. 

La majorité des empereurs et citoyens romains étaient hénothéistes. Un hénothéiste croit en l'existence de nombreux dieux, mais se concentre principalement sur un dieu particulier, ou le considère comme suprême par rapport aux autres dieux. Par exemple, le dieu romain Jupiter était suprême sur le panthéon des dieux romains.

Les marins romains étaient souvent des louangeurs de Neptune, le dieu des océans. Lorsque l'église catholique a supprimé le paganisme romain, elle a simplement remplacé le panthéon des dieux par les saints. Le panthéon des dieux avait un dieu d'amour, un dieu de paix, un dieu de guerre, un dieu de force et un dieu de sagesse, etc.

Tout comme le panthéon, l’église catholique a un saint qui est "responsable" de chacune de ces choses et de bien d'autres catégories. Etant donné que de nombreuses villes romaines avaient un dieu spécifique, l'église catholique a aussi fourni des "saints patrons" pour les villes. 

Agrandissez votre foi en gardant un objet religieux sacré

Désormais, vous connaissez toute l’histoire de l’église catholique

En somme, nous pouvons affirmer que l'église catholique est la plus grande des confessions chrétiennes, avec plus d'un milliard de fidèles.

Nous espérons que vous avez appréciez cet article rédigé par notre équipe. À présent, nous voulons vous partager nos bijoux catholique artisanaux et à petit prix. Ces objets sacrés ont été conçus pour les chrétiens catholques pour agrandir la foi à tous les fidèles de Dieu.

Découvrez l'une de nos plus belles bagues catholique en cliquant sur l'image ci-dessous : 

bague-catholique

Laissez un commentaire

N'hésitez pas à partager notre article à vos proches et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse ! 😇

Partagez votre e-mail et recevez gratuitement notre e-book ! 🙏📖

070e5e08b84fbf90